Soins de santé : nos conseils pour alléger votre facture

3 novembre 2022

Avec la hausse des prix, le pouvoir d’achat est en chute libre et nous devons prioriser nos dépenses. Plus de 3 Belges sur 4 ont déjà réduit leur consommation d’énergie et économisent sur les dépenses courantes. Mais qu’en est-il du budget lié à la santé ? Comment faire face à ces frais parfois inévitables ? Partenamut est à vos côtés durant cette période difficile. Découvrez quelques conseils pour continuer à vous soigner tout en limitant les coûts.

Dame assise avec des facture et une calculatrice

Les bons réflexes pour maitriser votre budget santé

Un Belge sur deux reporte ou renonce à une consultation chez le médecin pour éviter des frais. Or, avec une couverture santé adaptée à votre situation, il est tout à fait possible de réaliser des économies tout en continuant à prendre soin de vous. Voici nos conseils.

Vérifier si vous avez droit à l’intervention majorée (BIM)

Si vos revenus de l’année 2021 ne dépassent pas le seuil fixé en 2022, vous avez le droit de bénéficier de l’intervention majorée de la mutualité pour vos soins de santé. Être BIM vous permet entre autres de payer une quote-part moindre lors d'un séjour hospitalier, ainsi que pour la plupart des soins ambulatoires, ou encore, de bénéficier d’un meilleur remboursement des médicaments.

Découvrez comment devenir BIM et quels sont les avantages liés à ce statut.

Ouvrir un Dossier Médical Global (DMG)

Le Dossier Médical Global, c’est la centralisation de toutes vos informations médicales (bilans sanguins, vaccinations, allergies, échographies, hospitalisations…) regroupées chez un seul médecin, votre généraliste. 

En ouvrant un DMG, vous bénéficiez d’un meilleur suivi médical, et vous payez moins pour votre consultation chez le médecin qui gère votre dossier. Ainsi, le montant de votre quote-part personnelle à son cabinet sera de :

  • 4 € si vous consultez un médecin conventionné
  • 1 € si vous êtes bénéficiaire de l’intervention majorée (BIM) et que vous consultez un médecin conventionné

En outre, si vous avez minimum 75 ans et/ou si vous souffrez d’une maladie chronique, le ticket modérateur est réduit de 30 % pour une visite à domicile.

Choisir un prestataire de soins conventionné

Les représentants des mutualités et les médecins se réunissent régulièrement pour fixer le montant des honoraires des prestataires de soins, et le montant pris en charge par la Sécurité sociale. La différence entre ces deux montants est la quote-part personnelle à charge du patient. C’est ce qu’on appelle le « ticket modérateur ».

Les prestataires de soins conventionnés (médecins généralistes, logopèdes, kinés, dentistes, dermatologues, ...) se sont engagés à appliquer l’honoraire légal et à ne pas le dépasser. En consultant un médecin conventionné, vous êtes sûr.e de ne payer aucun supplément.

Certains prestataires sont partiellement conventionnés : cela signifie qu'ils ne se sont engagés à respecter le tarif légal qu'à certains moments de leur temps de travail. Un dentiste peut ainsi être conventionné lorsqu'il exerce à la consultation d'une polyclinique, et non conventionné lorsqu’il reçoit à son cabinet privé.

Les médecins non conventionnés, quant à eux, n'adhèrent pas à l'accord médico-mutualiste et sont libres de fixer le montant de leurs prestations.

Notre conseil : avant de prendre rendez-vous chez un prestataire de soins, pensez à vérifier son statut. Un outil très pratique est disponible à cet effet sur le site de l’INAMI

Comparer le prix des médicaments

Les médicaments génériques 

Les médicaments prescrits par votre médecin ne sont pas toujours pris en charge par la Sécurité sociale, et peuvent vite faire grimper la note à la pharmacie. N’hésitez pas à demander s’il existe une autre version de ces médicaments sur le marché. On parle alors de médicaments génériques. Leur particularité ? Ils contiennent les mêmes principes actifs mais sont au minimum 30 % moins chers que les médicaments de marque, tout en étant aussi sûrs et efficaces.

La prescription en Dénomination Commune Internationale

Sur son ordonnance, le médecin peut inscrire uniquement le nom de la molécule utilisée dans le médicament, sans mentionner de marque précise. C’est ce qu’on appelle la Dénomination Commune Internationale (DCI). Votre pharmacien.ne vous délivre ainsi les médicaments les moins chers.

Notre conseil : avant d'aller à votre consultation, n’oubliez pas de vérifier les médicaments que vous avez déjà à la maison, pour ne renouveler que ceux dont vous avez réellement besoin.

S’inscrire dans une maison médicale 

Une maison médicale est un centre de santé où les patient.es sont suivi.es par une équipe pluridisciplinaire pour les soins médicaux dits de première ligne : médecine générale, kinésithérapie et soins infirmiers. Outre les soins curatifs, le centre assure également des animations de prévention.

Comment ça marche ? 

La maison médicale fonctionne avec un contrat d'inscription qui lie 3 acteurs : le centre, le patient et sa mutualité.

La mutualité s’engage à verser à la maison médicale un montant fixe mensuel (appelé « le forfait ») pour la prise en charge du patient, quel que soit son statut, pour autant que ce dernier soit en ordre d’assurabilité et de paiement de ses cotisations.
En échange, l’affilié.e s’engage à ne pas consulter d’autres prestataires de soins de première ligne en dehors du centre.

En vous inscrivant dans une maison médicale, vous ne payez donc ni vos consultations, ni les soins couverts par le forfait pris en charge par l’assurance obligatoire.

Le « Maximum à Facturer », une facilité financière supplémentaire

Le Maximum à Facturer est un plafond de dépenses au-delà duquel les tickets modérateurs sont remboursés. Cette mesure de la sécurité sociale vous permet de limiter vos frais médicaux quand ils sont trop importants, notamment lors d’une maladie de longue durée.

Tous les frais médicaux du ménage sont additionnés (sauf exceptions, comme les suppléments éventuels demandés par les médecins non conventionnés). Dès que le total des frais à votre charge dépasse le plafond, l’excédent vous est remboursé. Le plafond varie selon les revenus du ménage et votre statut social. Le remboursement se fait automatiquement.

En cas d’hospitalisation, opter pour une chambre commune

Un accouchement, un accident, une maladie... La vie est remplie d’évènements qui nécessitent parfois une hospitalisation. Pour alléger autant que possible votre facture, le bon réflexe est de séjourner dans une chambre commune. En effet, si vous optez pour une chambre particulière alors que vous n’êtes pas couvert.e par une assurance optionnelle, les frais et suppléments liés peuvent vous coûter jusqu'à 7 fois plus cher ! En chambre double (ou commune), aucun supplément ne peut être mis à votre charge. 

Prévenir plutôt que guérir

S’il est vrai que les consultations préventives et les examens de dépistage sont onéreux, ils coûtent pourtant bien moins cher que le traitement de la maladie en elle-même et permettent en outre d’éviter les complications.

Parmi les mesures importantes en matière de prévention, on retrouve :

  • la vaccination : il existe des vaccins gratuits, notamment dans certaines entreprises, ou pris en charge partiellement par l’assurance santé
  • les dépistages : quelle que soit votre mutualité, l’assurance obligatoire intervient, sous certaines conditions, pour les dépistages du cancer du sein, cancer de la prostate, cancer colorectal, diagnostic de l’ostéoporose et dépistage par frottis, ainsi que pour le coronavirus
  • la prévention des maladies cardio-vasculaires, du diabète et de l’obésité
  • les soins dentaires préventifs

Les soins bucco-dentaires : une part importante du budget santé

En Belgique, les soins dentaires font partie des soins les moins bien couverts par l’assurance obligatoire. Et même lorsque des remboursements existent, des frais importants restent encore à charge du patient. Comment limiter les surcoûts ?

  • Faire un check up régulier
    Pour garder une dentition saine, consultez votre dentiste au moins une fois par an (et même deux fois, pour les enfants). Diagnostiquer des problèmes dentaires à temps vous évitera des traitements plus onéreux par la suite. Lors de cette visite annuelle, profitez-en pour faire un détartrage. Vous percevrez un meilleur remboursement pour ce soin si vous avez consulté votre dentiste l’année précédente.
  • Souscrire à une assurance dentaire optionnelle
    Celle-ci donne droit à des remboursements en plus. En outre, vous serez mieux couvert.e en cas de soins spécifiques, comme par exemple l’orthodontie chez les enfants ou le placement de prothèses ou d’implants chez les adultes.

Matériel médical : louer ou acheter en seconde main

Les aléas de la vie nécessitent parfois de recourir à du matériel médical spécifique pour améliorer le quotidien de la personne malade. Or, un équipement de qualité professionnelle peut s’avérer très coûteux à l’achat. Si vous en avez besoin pour quelques jours (comme c’est souvent le cas pour des béquilles, un aérosol, un fauteuil roulant, …), préférez louer le matériel plutôt que de l’acheter. En passant par votre assurance santé, vous bénéficiez d’un tarif plus avantageux et d’un remboursement partiel du montant de la location.

Pour une utilisation régulière, optez pour du matériel de seconde main. Plus accessible financièrement, c’est la solution idéale pour vous équiper à moindres frais.

Profiter des avantages offerts par votre mutualité

Lorsque vous vous affiliez à une mutualité, l’assurance maladie obligatoire vous garantit le remboursement de base des soins de santé ainsi que le versement d’indemnités en cas de maladie et d'incapacité de travail. À cette assurance obligatoire s’ajoute l’assurance complémentaire, pour laquelle vous payez une cotisation. Ce sont les avantages liés à cette assurance complémentaire qui permettent de réduire la facture santé d'un ménage. En effet, celle-ci intervient dans de nombreux remboursements, comme :

  • l'abonnement sportif
  • les stages, camps de vacances et voyages scolaires
  • l'orthodontie
  • les verres et lentilles
  • les dépistages et consultations préventives
  • les médicaments
  • la location du matériel médical
  • l'hospitalisation de jour

Faites le point avec votre mutualité pour vous assurer que votre assurance complémentaire répond parfaitement à vos besoins.

Partenamut est à vos côtés à chaque étape de la vie, et vous offre la possibilité de bénéficier de nombreux avantages et services pour cultiver votre santé tout en préservant votre budget.

 

Téléchargez l'appli Partenamut
et ayez toujours votre dossier mutuelle en poche

Découvrez l'appli Partenamut

© Partenamut 2022 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».