Les troubles après l’accouchement ou le post-partum

25 août 2017 / Accouchement, Bébé est là, Bien-être

Durant les 6 à 8 semaines qui suivent l’accouchement, le corps va devoir revenir à la normale. Il passe par une série de modifications pouvant engendrer certains troubles physiques et psychologiques.

Pertes sang après accouchement
Cette période que l’on appelle le post-partum ou « suites de couches » se termine par ce que l’on appelle communément le retour de couches. C’est-à-dire plus prosaïquement, le retour des règles

Les inconvénients physiologiques 

Sur le plan physiologique, ce post-partum se caractérise par différents phénomènes.

  • L’involution utérine : Il s’agit du rétrécissement de l’utérus qui doit reprendre son volume et sa forme initiaux. Il est aidé en cela par les contractions qui sont d’ailleurs plus douloureuses et importantes chez les femmes qui ont déjà eu d’autres enfants et chez celles qui allaitent. 

  • Les lochies : Il s’agit des saignements qui se produisent durant 3 à 4 semaines après l’accouchement. Il ne faut évidemment pas confondre ces saignements avec des règles. Dans le cas présent, ces saignements servent à éliminer les caillots de sang restés dans l’utérus, des débris du placenta et éventuellement les suintements des plaies situées dans le vagin ou au niveau du col de l’utérus. Ces saignements sont d’abord rouge vif et peuvent s’accompagner de l’évacuation de masses plus compactes. Mais peu à peu, ils vont s’atténuer et s’éclaircir. Il peut arriver qu’après une dizaine de jours, alors que les saignements avaient tendance à disparaître, ils s’intensifient de nouveau, pour continuer ensuite leur lente régression. L’allaitement a ici du bon puisqu’il les fait disparaître plus rapidement !

  • Les troubles urinaires : Les problèmes lorsque vous faites pipi ne sont pas rares après l’accouchement. Ils se traduisent chez certaines par une rétention urinaire (ne plus aller faire pipi) et une sonde urinaire peut en venir à bout. D’autres ressentiront des brûlures au moment d’uriner et là, il peut s’agir d’une infection urinaire à traiter par antibiotiques. Enfin chez d’autres, on constate une incontinence urinaire (perte incontrôlée d’urine) qui peut être travaillée par une rééducation spécifique de la vessie et des sphincters chargés d’empêcher la miction. 

  • La constipation : Elle est aussi assez fréquente dès les premiers jours. Pour la combattre, il est conseillé aux jeunes mamans de ne pas rester trop longtemps au lit et de marcher et ce, dès qu’elles s’en sentent capables. Nous leur recommandons aussi d’adopter une alimentation adéquate, riche en fibres, et de boire beaucoup d’eau. 

  • Les problèmes circulatoires : Ils peuvent mener à des phlébites au niveau des jambes. Chez les femmes à risque, le port de bas de contention peut s’avérer efficace.

Les inconvénients psychologiques

Après l’accouchement, un état de déprime peut toucher la maman qui vient d’accoucher dans la semaine qui suit la naissance. Le baby blues est un phénomène tout à fait normal, qui disparaît généralement après quelques jours. Si cet état de déprime perdure et s’intensifie, il peut s’agir d’une dépression post-natale.

Partagez sur les réseaux sociaux

Plus encore sur les premiers mois de bébé

Prête pour le grand jour ? Recevez nos conseils pour bien préparer l’arrivée de votre bébé.

Découvrez les infos

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».