Cancer de la peau : le comprendre et s’en préserver

Maladies graves ou chroniques / Cancer

Le cancer de la peau est guérissable lorsqu’il est détecté tôt. Voilà une bonne nouvelle ! Mais connaissez-vous pour autant les premiers signes qui doivent vous pousser à consulter ? Faisons le point sur la maladie, ses symptômes et les manières de s’en prémunir.

Ce qu’il faut retenir

  • 90% des cancers de la peau ne sont pas des mélanomes. Le cancer de la peau le plus répandu est le carcinome. 
  • Le cancer de la peau est dit « de bon pronostic ». Le taux de guérison, toute cause confondue, se situe entre 90 et 100%. 
  • Plus on le traite tôt, plus on a de chances de guérir du cancer de la peau. 
  • L’exposition aux rayons du soleil est le premier facteur de risque du cancer de la peau. 
  • Les rayons UV artificiels sont, au moins, aussi nocifs que ceux émis par le soleil. 
  • Il est recommandé, pour les personnes à risque, de réaliser un examen de dépistage au moins une fois par an et de s’auto-examiner au moins tous les 3 mois. 

Les différents types de cancers de la peau

Le cancer de la peau le plus connu est le mélanome, et pourtant… celui-ci ne représente que 10% des cancers cutanés. Bien qu’ils soient en général, moins dangereux que les mélanomes, les cancers de la peau les plus répandus sont les carcinomes.  

Ceux-ci peuvent notamment prendre la forme d’une boule ferme et rosée ou d’une masse creuse en son centre et être moins pigmentés (plus clairs) que les mélanomes. Ils apparaissent, la plupart du temps, aux endroits fortement exposés au soleil comme le nez, le front, les lèvres, les oreilles, le dos des mains ou encore une zone de la tête dépourvue de cheveux.  

Le mélanome, quant à lui, est la forme la plus grave de cancer cutané car il peut rapidement devenir invasif et former des métastases. Il s’agit toutefois d’un cancer de bon pronostic, car dans la majeure partie des cas, les patients en guérissent lorsqu’il est détecté tôt.  

Quels sont les facteurs de risque du cancer de la peau ?

Les rayons du soleil sont le premier facteur de risque des cancers de la peau. Les rayons UV artificiels, le phototype ou la présence de nombreux grains de beauté en sont d’autres :

Le soleil : premier facteur de risque du cancer de la peau

Chaque exposition aux rayons UV endommage notre ADN, donnant lieu à des lésions qui peuvent ensuite évoluer en cancer. Il est donc primordial de se protéger du soleil autant qu’on le peut et d’éviter les expositions excessives. 

Vigilance accrue durant l’enfance 

De nombreuses études ont montré que des coups de soleil subis pendant l’enfance augmentent le risque de cancer à l’âge adulte. Jusqu’à la puberté, la peau est plus fine et plus vulnérable. Il est donc très important de protéger vos enfants et ce, particulièrement avant leurs 3 ans. 

Découvrez les conseils de Fondation contre le cancer pour réduire le risque de cancer

Autres facteurs de risque

Outre les rayons du soleil, les autres facteurs de risque les plus fréquents sont les suivants : 

  • Les rayons UV artificiels (bancs solaires). Les rayons UV émis par les bancs solaires sont, au moins, aussi nocifs que ceux émis par le soleil. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a d’ailleurs classé l’utilisation des dispositifs de bronzage à UV comme étant cancérigène pour les humains. 
  • Le phototype : il existe 7 phototypes. Plus le chiffre du phototype est bas (peau, cheveux et yeux clairs), plus le risque de cancer de la peau est accru. 
  • Les antécédents familiaux et, dans certains cas, l’hérédité. 
  • Un grand nombre de grains de beauté, la présence de grains de beauté d’apparence inhabituelle (plus foncé ou irrégulier) ou de grande taille. 



 

Quels sont les symptômes ou les premiers signes du cancer de la peau ? 

Un diagnostic précoce de la maladie augmente les chances de survie. C’est pourquoi il est important d’être en mesure d’en détecter les premiers signes :  

Les signes qui peuvent évoquer un mélanome 

Apparition ou changement d’aspect, de couleur, de forme ou de taille d’un grain de beauté ou d’une tache pigmentaire (même de couleur claire). Un grain de beauté dont l’aspect (même sans qu’il ait changé) est différent des autres peut aussi être un indicateur.

Bon à savoir

  • La règle ABCDE permet d’identifier les grains de beauté atypiques qui doivent conduire à consulter un·e spécialiste·e : Asymétrique, Bords irréguliers, Couleur non homogène, plus de 6 mm de Diamètre, Évolution.
  • 8 mélanomes sur 10 apparaissent sur une peau saine (qui ne présente ni lésions ni taches).

Les signes qui peuvent évoquer un carcinome 

Le carcinome doit être évoqué en cas d’apparition d’une boule indolore ferme et rosée sur la peau mesurant quelques millimètres et parcourue de petits vaisseaux sanguins. Il peut aussi s’agir d’une masse creuse en son centre

Les kératoses actiniques doivent également vous pousser à consulter. Il s’agit de lésions précancéreuses qui prennent la forme de croûtes rouges ou brunes qui, en général, semblent ne pas guérir. Ce type de croûte apparaît souvent autour de la bouche, au coin des yeux ou du nez, sur les joues, le bord des oreilles ou encore sur le crâne.  

Bon à savoir

Une lésion qui ne guérit pas doit toujours vous interpeller, peu importe la zone où elle se trouve. 

Comment se prémunir du cancer de la peau ?  

Il existe des méthodes simples pour protéger votre peau des effets nocifs du soleil, de la sélection des heures d'exposition aux choix de vêtements adaptés. Il est également nécessaire de surveiller régulièrement l’état de votre peau afin de détecter rapidement tout signe évocateur d’un mélanome ou d’un carcinome. 

Bien se protéger du soleil  

Voici quelques bons gestes à adopter pour vous protéger du soleil :  

  • Évitez de vous exposer au soleil entre 11h et 16h, il s’agit du moment où ses rayons sont les plus forts.  
  • Cherchez l’ombre et n’exposez jamais au soleil un bébé de moins d’un an. 
  • Mettez de la crème solaire toutes les 2h (même en Belgique) et privilégiez un indice 50+ (écran total). Notez aussi que se mettre à l’ombre est toujours préférable, mais ne suffit pas pour se protéger des coups de soleil. 
  • Protégez-vous à l’aide d’une tenue adaptée : lunettes de soleil, chapeau, voire vêtements anti-UV.  

Découvrez encore plus de conseils dans notre article « Comment profiter du soleil en toute sécurité ? » . 

Effectuer des dépistages réguliers du cancer de la peau  

Si vous avez le moindre doute quant à une observation, il convient de consulter votre médecin ou votre dermatologue sans attendre afin d’obtenir un diagnostic précis. Par ailleurs, si vous êtes considéré·e comme personne à risque (phototype, antécédents, nombreuses expositions aux rayons UV, nombreux grains de beauté…), il est recommandé de réaliser un examen de dépistage du cancer de la peau au moins une fois par an chez votre dermatologue et de vous auto-examiner au moins tous les 3 mois

S’auto-examiner 

Pour vous auto-examiner, trouvez une pièce bien éclairée et munissez-vous d’un sèche-cheveux (pour examiner votre cuir chevelu), d’un miroir en pied et d’un miroir à main.  

Ensuite, regardez votre corps entier de face, de côté et de dos. Le plus facile est de vous mettre devant votre miroir sur pied et de vous observer avec l’aide de votre miroir à main. Vous pouvez également demander à un proche de vérifier votre peau aux endroits inaccessibles. 

Contrôlez les différentes parties de votre corps, sans oublier : 

  • Votre visage et vos oreilles (ainsi que les zones à l’arrière de vos oreilles) 
  • Votre cuir chevelu  
  • Vos mains, pieds et ongles (vérifiez également entre vos orteils et vos doigts) 
  • Vos bras, dessous de bras et coudes  
  • Votre torse et votre poitrine (Mesdames, contrôlez aussi les zones sous vos seins) 
  • Votre dos, votre nuque, vos épaules 
  • Votre ventre 
  • Vos fesses et votre région génitale 
  • L’avant et l’arrière de vos jambes 

Quels traitements contre le cancer de la peau ?  

Qu’il s’agisse de mélanome ou de carcinome, la chirurgie est généralement envisageable. Lors d’une intervention, appelée exérèse, on retire la lésion ainsi que des marges de tissus sains autour de celle-ci. Dans certains cas, il peut s’agir du seul traitement nécessaire à la guérison.  

Il existe également d’autres traitements en fonction du type de lésion, comme : 

  • L’immunothérapie : stimule le système immunitaire et peut éviter une intervention chirurgicale.  
  • Les thérapies ciblées : permettent d’agir sur des mutations bien précises au niveau de certains gênes des cellules cancéreuses. 
  • La radiothérapie : permet d’irradier les cellules malignes dans le but de les détruire. Sert aussi à traiter les douleurs causées par des métastases. 
  • La chimiothérapie : traitement médicamenteux qui peut être administré par perfusion, piqûre ou encore comprimés. Elle est aussi possible de manière locale, sous forme de crème pour traiter certains carcinomes ou kératoses actiniques.  
  • La cryothérapie et la photothérapie : il s’agit de traitements par le froid (cryothérapie) ou par la lumière (photothérapie). Elles sont utilisées, dans certains cas, pour traiter les carcinomes. 

Et après ?  

Après les traitements, lorsqu’on n’observe plus de traces de cancer via les examens médicaux, le patient entre en rémission, marquant le début du suivi post-cancer. Des consultations régulières avec le corps médical sont alors essentielles pour prévenir les récidives, mais aussi gérer les effets secondaires des traitements à moyen et long terme et s’assurer que le patient se porte bien sur le plan psychologique.  

Bon à savoir

Parce qu’il n’est pas simple de reprendre une vie active, voire de retrouver sa joie de vivre après un cancer, l’ASBL Oncobulle a mis au point un service de guidance post-cancer. Des conseillers spécialisés vous reçoivent afin d’évaluer votre niveau de bien-être et vos besoins. Sur cette base, ils mettent au point avec vous un programme personnalisé de rétablissement pour trouver un nouvel équilibre de vie sur les plans physique, psychologique et social.  

Vos avantages Partenamut  

  • Jusqu’à 45€/an (à raison de 15€ par consultation) pour vos examens de dépistage, notamment dans le cadre de la prévention contre le cancer de la peau. 
  • 40€/séance (maximum 2 séances par an), pour vos consultations de suivi et guidance post-cancer avec l’ASBL Oncobulle.