Être enceinte à plus de 35 ans nécessite-t-il un autre suivi ?

25 août 2017 / tout au long de la grossesse, Suivi médical

Toute grossesse peut comporter des risques, mais plus on avance en âge, plus ces risques sont élevés. D’où le suivi médical plus assidu d’une grossesse tardive.

Grossesse après 35 ans

Quels sont les risques d’une grossesse après 35 ans ?

Les risques ne sont pas spécifiques à l’âge mais ils pourraient être plus élevés. Une future maman de plus de 35 ans risque davantage de fausses couches, de diabète de grossesse, d’hypertension, d’hémorragies ou de césarienne.
La probabilité que le bébé soit malformé n’augmente pas avec l’âge de la maman, contrairement au risque de trisomie 21 qui lui augmente bien.
Le bébé encourt aussi plus de risques de naître prématurément ou d’avoir un retard de croissance in utero.

Plus de contrôle

Tous ces risques sont maîtrisables la plupart du temps grâce à un suivi médical plus assidu. Ce qui est assez paradoxal, c’est que, par rapport à des femmes plus jeunes, le risque de malformations ou de complications est quasi nul puisqu'une grossesse tardive étant considérée comme grossesse à risque, elle est plus suivie.

Comment diminuer les risques d’une grossesse tardive ?

Avant d’être enceinte, prenez de bonnes habitudes pour vous préparer. Bannissez le tabac, ne consommez pas d’alcool, nourrissez-vous sainement et gérez la prise de médicaments avec l’aide de votre médecin.
Si vous êtes en surpoids, essayez de perdre quelques kilos. Pratiquez régulièrement une activité physique et… soyez à l’écoute de votre corps, lorsqu’il réclame du repos !

Quels examens complémentaires ?

Le risque de trisomie 21 étant significativement plus important pour le bébé, toute femme enceinte, dès ses 35 ans, se voit conseiller par son gynécologue une série d’examens destinés à dépister certaines malformations.

L’échographie et la prise de sang permettent déjà d’obtenir certaines informations, mais il se peut que d’autres examens tels que l’amniocentèse ou le prélèvement de sang fœtal soient nécessaires.

Ces examens peuvent s’avérer plus invasifs. En effet, le prélèvement de liquide amniotique peut entraîner une éventuelle interruption de grossesse. Dans ce cadre, le rôle du gynécologue est fondamental pour conseiller et informer au mieux sa patiente.

Depuis peu, il existe également un nouveau test de dépistage appelé le Test Prénatal Non Invasif (NIPT selon l'abréviation anglaise). Ce nouveau test se résume à un test sanguin et est déjà pratiqué dans certains hôpitaux du pays. Plus précis et plus sensible, il permet de détecter avec une certitude quasi absolue le syndrome de Down, à partir de dix semaines de grossesse et ne présente aucun danger pour vous, ni pour l'enfant puisqu’une simple prise de sang suffit. Cependant, en cas de risque accru de Trisomie 21, un examen invasif devra être effectué.

On ne vit pas de la même manière une grossesse à 25 ans qu’à 40. Plus âgée, on a davantage conscience que l’on va donner la vie, on réfléchit plus aux conséquences. Je voulais être disponible pour mon enfant et avoir la maturité nécessaire pour l’élever.

 Fatima-Zahra, 42 ans
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Plus encore sur la période de 1 à 3 mois

Votre famille va bientôt s'agrandir ?
Découvrez tous les avantages de Partenamut pour la naissance de votre enfant ! 

Découvrez les infos

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».