Aidants proches : attention au burn-out

27 novembre 2020

Aider un proche peut être une charge mentale très lourde. Et lorsque cette aide devient trop pesante, elle peut porter atteinte à la santé de l’aidant et mener au burn-out. Comment se préserver de cet épuisement émotionnel et maintenir une relation équilibrée avec la personne aidée ?

Le burn out des aidants proches

Pour mieux cerner le burn-out des aidants proches et s’en prémunir, Partenamut a rencontré Pierre Gérain, docteur en psychologie qui a effectué sa thèse sur les difficultés émotionnelles qui peuvent toucher les aidants.

Comment définir le burn-out des aidants proches ?

Il s’agit avant tout d’un état émotionnel altéré dû à un épuisement. L’aidant est dépassé par la situation et il n’arrive plus à assumer son rôle car il y a un déséquilibre entre les ressources dont il dispose et les difficultés liées à l’aide. Il ressent moins d’émotions positives et son sentiment d’accomplissement est également amoindri. Cette perte de sens peut entraîner une distanciation et une dégradation de la relation avec la personne aidée.

En quoi est-il différent du burn-out professionnel et parental ?

Le burn-out professionnel induit une perte de sens dans son travail, le burn-out parental implique un épuisement dans sa sphère privée. La frontière est donc parfois floue entre le burnout parental et celui de l’aidant proche quand un parent s’occupe, par exemple, d’un enfant à besoins spécifiques. L’aidant en burn-out peut avoir une altération de ses émotions et un état de grande fatigue dans sa relation avec l’aidé tout en conservant sa motivation à aller travailler. Cette activité extérieure va permettre à l’aidant de tenir le coup car elle lui permet de sortir de sa relation avec l’aidé et de se changer les idées en étant en contact avec d’autres personnes.

Quels sont les principaux symptômes du burn-out de l’aidant ?

Le premier signal d’alerte est un épuisement émotionnel, physique et psychologique. Une fatigue passagère est normale lorsqu’on s’occupe régulièrement d’un proche. Mais si celle-ci persiste dans le temps et que l’aidant n’arrive plus à gérer ses émotions et devient plus vite irritable et triste, c'est qu'il éprouve déjà des difficultés. Un stress important, des problèmes de sommeil et des douleurs physiques peuvent aussi apparaître. L’aidant risque alors de se désinvestir et de prendre de la distance avec l’aidé en se détachant de ses responsabilités. Ce mal-être peut également mener à un sentiment d’incapacité et à l’impression de ne plus être à la hauteur de son rôle d’aidant proche.

Comment se protéger du burn-out ?

Il est important d’apprendre à se connaître, de fixer des limites et de ne pas vouloir en faire trop. Ce conseil peut sembler en contradiction avec le rôle d’aidant proche. Mais il ne faut pas vouloir être surhumain, ni remplir tous les rôles. L’aidant a le droit d’être imparfait et de ne pas toujours répondre à toutes les attentes. En se protégeant et en étant à l’écoute de lui-même, il pourra continuer à être efficace sur le long terme. Il ne doit pas hésiter à déléguer certaines tâches sans culpabiliser et à prévoir du temps pour lui.  De telles mesures peuvent sembler évidentes mais la réalité du quotidien est souvent plus compliquée et ne favorise pas toujours la mise en place de telles démarches.

Est-ce que l’aidant proche peut subir une pression sociale ?

Dans une fratrie, on peut observer une situation d’aidant désigné, c.à.d. qu’un membre de la famille peut prendre plus naturellement le rôle de l’aidant. Cela commencera par certaines tâches et finalement, par un système d’engrenage, cette personne deviendra l’aidant principal par défaut. Elle pourra alors subir une pression de son entourage qui attendra une aide plus importante de sa part et qui ne comprendra pas qu’elle puisse avoir recours à une aide externe. Mais la pression peut également venir de l’aidé, surtout s’il s’agit d’un parent, qui peut culpabiliser l’aidant si celui-ci n’est pas assez disponible pour lui.

Quelles sont les risques si l’aidant proche est épuisé et qu’il ne demande pas d’aide ?

La prise de conscience du mal-être est capitale. De nombreux aidants proches culpabilisent et ne veulent pas (ou ne peuvent pas) reconnaître leur souffrance. Et ce sera souvent l’entourage, voire le médecin traitant, qui constatera les signes d’épuisement. Or, si l’aidant ne souffle pas en demandant de l’aide, il peut avoir de graves problèmes de santé physique (stress, hypertension…) mais aussi mentale, comme une dépression. Il y a aussi des risques de violence et de maltraitance de l’aidant envers la personne aidée.

Quelles sont les aides pour l’aidant proche épuisé ou en burn-out ?

Si l’aidant souffre d’épuisement mais qu’il a encore les capacités de s’occuper de l’aidé, il peut faire appel à son entourage pour le soulager et l’aider à remplir certaines tâches pour qu’il retrouve un équilibre. Mais si la situation est trop difficile, il doit se tourner vers des professionnels de la santé. Le médecin traitant de la personne aidée peut réhospitaliser son patient, proposer des séjours de répit ou faire une demande de soutien à plus long terme en organisant des aides à domicile (infirmière, garde-malade…). Des intervenants psycho-sociaux peuvent aussi soutenir l’aidant et l’aider à mieux gérer ses émotions. Ces aides vont également dépendre du réseau de l’aidant et de ses ressources financières.

Partenamut aide également les aidants proches

Une ligne de soutien psychologique

Si vous souffrez d’un problème psychologique ou que vous voulez soutenir un proche en difficulté, Partenamut est à votre écoute grâce à sa ligne de soutien psychologique. Une équipe de psychologues expérimentés est à votre disposition et pourra vous aider à trouver les solutions les mieux adaptées à votre situation. Ce service permet d'obtenir rapidement une consultation sans devoir attendre un rendez-vous chez un psychologue qui peut parfois être long à obtenir.

En tant qu’affilié Partenamut, vous bénéficiez de 5 entretiens téléphoniques par an avec notre équipe de psychologues. Vous pouvez les appeler au numéro de téléphone gratuit 0800/88 080 du lundi au vendredi de 8h à 21h. Si ces 5 séances n'ont pas été suffisantes, le psychologue qui vous a conseillé pourra vous orienter vers d’autres solutions. Grâce aux avantages Partenamut, vous avez également droit au remboursement de 16 séances par an au cabinet d’un psychologue (max 20 €/séance).

Découvrez tous nos avantages psychologie.

Un statut spécifique

Assumer le rôle d’aidant proche peut avoir des répercussions sur sa vie et sur sa santé. C’est pourquoi, Partenamut reconnaît le statut « aidant proche Partenamut » et offre un accompagnement sur mesure et des avantages spécifiques (aide-ménagère, aide familiale, garde-malade...), ainsi que des activités de répit et des formations afin de mieux appréhender la perte d’autonomie du proche et son bien-être personnel.

Découvrez tous les avantages, droits et conseils offerts aux aidants proches reconnus par Partenamut.
 

Avec Partenamut Vitalité,
prenez votre santé en main !

Découvrez l'app Vitalité

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».