Symptômes, causes et méfaits : comprendre le syndrome métabolique

16 décembre 2018 / Diabete , Prevention et soins - Maladies graves et chroniques , Prevention

Sédentarité, obésité, malbouffe… Le syndrome métabolique nous guette plus que jamais. A défaut de pouvoir le guérir, on peut le prévenir ou en atténuer les méfaits en adaptant son mode de vie.

obesite sport syndrome metabolique

Qu’est-ce que le syndrome métabolique ? 

Le syndrome métabolique (ou syndrome X) désigne la présence de plusieurs problèmes de santé, ayant en commun un mauvais métabolisme corporel. Souvent associé à un excès de poids, il favorise l’apparition du diabète de type 2, de maladies cardiaques ou d’AVC. 
Selon la Fédération Internationale du Diabète, une personne atteinte du syndrome métabolique présente :

D'une part, une obésité abdominale (tour de taille supérieur à 94 cm chez les hommes et 80 chez les femmes (valeurs pour une population caucasienne européenne)),
ET 
D'autre part, au moins DEUX des facteurs suivants:
- Taux élevé de triglycérides 
- Faible taux de ‘bon’ cholestérol HDL 
- Hypertension artérielle
- Taux élevé de glycémie

Attention, il ne faut pas être nécessairement obèse pour avoir le syndrome métabolique. Au moindre doute, faites une prise de sang complète chez votre généraliste. 

Les causes et dangers du syndrome X

Si on ne connaît pas la cause du syndrome métabolique, on sait que la génétique et la résistance à l’insuline entrent en compte.

L’insuline, produite par le pancréas, joue un rôle dans le stockage et la transformation du glucose en énergie. Un organisme qui devient résistant à l’insuline ne va plus métaboliser le sucre et le garder dans le sang (hyperglycémie). Le pancréas sécrète plus d’insuline par compensation et finit par s’épuiser, ce qui entraîne l’apparition d’un diabète de type 2. L’insulino-résistance est favorisée par l’obésité et un mode de vie sédentaire.  

Limiter les dégâts de ce syndrome 

Le syndrome métabolique double le risque cardio-vasculaire et une fois qu’il est déclaré, il faut absolument passer à une vie de rigueur hygiéno-diététique. Il faut limiter les apports en mauvais sucres par une alimentation équilibrée ET exercer une activité physique régulière. La combinaison des deux est absolument nécessaire ! 

Bouger ! 

Pour transformer en énergie les sucres stockés dans le sang et les éliminer. 

Perdre 10% de son poids.

Cela permet déjà d’améliorer significativement plusieurs paramètres (glycémie, triglycérides, cholestérol, tension artérielle). 

Manger 5 fruits et légumes par jour.

- Pour les antioxydants qui protègent le système cardio-vasculaire.
- Idéalement 2 fruits et 3 légumes, pour éviter trop d’apport en sucres.
- Mangez-les entiers, pour garder les fibres. 

Maintenir une glycémie stable.

- Fractionnez votre alimentation en 3 repas et 1 à 2 collations par jour. 
- Consommez des féculents à chaque repas pour apporter les glucides complexes dont a besoin l’organisme pour l’énergie: pain, pomme de terre, riz, pâtes, semoule,…
- Privilégiez les féculents riches en fibres, qui limitent l’élévation du taux de sucre dans le sang. 
- Composez des repas équilibrés pour influencer favorablement la glycémie (un féculent, un apport en protéines et une bonne portion de légumes). 
- Attention aux sucres rapides ! Sucreries, pâtisseries,…  provoquent une élévation brutale de la glycémie.

Modérer sel et gras

- Limiter les apports en sel et le remplacer par les épices et herbes aromatiques.
- Privilégier les graisses végétales, qui ne contiennent pas de cholestérol.
- Consommer du poisson 2x par semaine, dont au moins 1x un poisson gras (saumon, truite, sardine, …) pour les omégas 3.
- Limiter les graisses saturées (viandes grasses, charcuteries, produits laitiers entiers, huiles de palme et  de coco, …).
 
 
Partagez sur les réseaux sociaux

Avec Partenamut Vitalité, prenez votre santé en main !

Découvrez l'app Vitalité

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».