autopalpation-mammaire

L’autopalpation mammaire : parlons-en !

Maladies graves ou chroniques / Cancer

L'autopalpation est une technique simple et efficace pour apprendre à connaitre ses seins et détecter précocement une anomalie. En effet, pour déceler tout changement suspect, il faut d’abord pouvoir identifier ce qui est « normal » de ce qui ne l’est pas. Dans le cadre de notre campagne « Je pourrais l’avoir, je l’ai eu », Delphine Rémy partage son vécu face au cancer du sein et nous livre quelques conseils.

Comme beaucoup de personnes dans la quarantaine, Delphine Remy se pensait invincible. Et pourtant… À l’âge de 45 ans, alors qu’elle n’a aucun antécédent familial, on lui découvre un cancer du sein agressif. Trois ans plus tard, en rémission et surtout en pleine forme, elle souhaite informer, sensibiliser et partager son expérience et celles des autres. Elle est l’auteure du livre Cancer ? Je gère ! et la fondatrice du podcast Naître princesse, devenir guerrière.

L’observation des seins : une méthode efficace de dépistage précoce

Vous avez certainement déjà entendu parler de l’autopalpation à réaliser chaque mois à date fixe. Cette façon de faire n’est plus vraiment d’actualité, et peut même apporter un faux sentiment de sécurité. Le plus important dans le dépistage précoce est de connaitre ses seins, de les observer régulièrement afin de rechercher une masse naissante, un changement cutané ou un suintement. Regardez et palpez vos seins de temps en temps lorsque vous sortez de la douche, apprenez à les connaître et détectez les changements aussi vite que possible.

« La plupart des cancers du sein que nous voyons ont été détectés par les femmes elles-mêmes. Il vaut mieux ne pas contrôler l’état de ses seins pendant la menstruation, parce qu’ils sont alors gonflés, même jusqu’à dix à quatorze jours plus tard. Au début, vous allez voir et sentir toutes sortes de choses sous vos doigts, mais si vous le faites régulièrement, vous remarquerez rapidement ce qui est normal et ce qui ne l’est pas. Il est important de connaître ses seins. », précise Philippe Van Trappen, chef du service Gynécologie et Oncologie gynécologique à l’AZ Sint-Jan (Bruges).

Comment pratiquer l’autopalpation ?

L’autopalpation ne prend que quelques minutes et peut se pratiquer debout, assise ou couchée :

  • « Divisez » votre sein en quatre quartiers
  • Effectuez des mouvements circulaires en exerçant une légère pression du bord extérieur de chaque quartier vers le mamelon
  • Répétez cela avec chaque zone
  • Examinez l’aisselle et la zone entre l’aisselle et la poitrine
  • Tirez légèrement sur le mamelon pour vérifier qu’il bouge facilement
  • Faites de même avec l’autre sein

J’ai une boule dans le sein : dois-je m’inquiéter?

La découverte d'une boule dans le sein est toujours source inquiétude, mais rassurez-vous : l’apparition d’une boule ou d’une petite masse dans les seins est fréquente et est principalement liée aux variations hormonales. 

Le cancer du sein symptomatique se caractérise par une masse nouvelle et unique, dite "dominante", c'est-à-dire une masse qui se différencie du reste de la glande lors de la palpation. Retenons donc que l’apparition d'un nodule, souvent indolore, non-cyclique et non-influencé par le cycle menstruel, ou l’un des symptômes ci-dessous, même s’ils ne sont pas forcément synonymes de cancer, devraient vous décider à prendre rendez-vous avec votre médecin traitant ou votre gynécologue le plus rapidement possible.

> Télécharger la brochure

Y a-t-il une tranche d’âge plus à risque de développer un cancer du sein ?

Une femme sur huit développera un cancer du sein au cours de sa vie. Même s’il est plus fréquent dans la tranche d’âge de 60 à 74 ans, il touche aussi les femmes plus jeunes. Le cancer du sein est un cancer dit “de bon pronostic” et le dépistage sauve des vies. Lorsque le cancer est pris à temps, il se soigne bien, et le diagnostic précoce permet souvent d’éviter des traitements lourds et invasifs, ainsi que sa propagation aux autres parties du corps.

Vous ne consultez jamais pour « rien » si vous avez détecté une anomalie. Si c’est une fausse alerte, le ou la sénologue (radiologue du sein) qui vous aura examinée, sera aussi heureux que vous de vous voir repartir soulagée.

Ceci vous intéressera