Quand le cancer touche nos enfants

1 juin 2018 / Santé et bien-être , Cancer , Prevention et soins - Maladies graves et chroniques

Les cas de cancer pédiatrique sont relativement rares : ils représentent actuellement 1% des cancers de la population. Toutefois, lorsqu’il frappe un enfant, la charge émotionnelle liée au cancer est particulièrement importante.

Quand le cancer frappe nos enfants

Des cancers pédiatriques difficiles à expliquer

Si le cancer n’est plus un mot tabou, associé au mot enfant, il prend une autre couleur émotionnelle. Comment un enfant peut-il développer ou naître avec un cancer ? La science elle-même n’explique pas encore tout. Chez les adultes, certains facteurs favorisant le cancer ont clairement été identifiés (tabac, alcool, virus…), alors qu’on connaît très rarement la cause du cancer chez les enfants.

Les cancers pédiatriques sont rares mais concernent tout de même plusieurs centaines d’enfants chaque année. Selon la Fondation Registre du Cancer, 344 cas ont été enregistrés en 2015, avec en tête la leucémie et les lymphomes.

Progrès en matière de recherche et de statut d’aidant proche

Le taux global de survie des enfants atteints de cancer est passé de 20-25 % il y a 60 ans à 80 % aujourd’hui. Ce qui est un progrès très encourageant. D’autant que la recherche se focalise sur des traitements qui nuisent le moins possible à la qualité de vie de l’enfant.

En parallèle, des statuts tels que celui d’aidant proche permettent à un parent d’interrompre son activité professionnelle pour venir en aide à son enfant, tout en conservant un soutien financier. De même que la couverture Hospitalia Plus chez Partenamut, qui couvre les frais d’hospitalisation.

Par ailleurs, le partenaire de Partenamut l’Etoile des Enfants peut vous aider dans ces moments difficiles.

Mieux communiquer sur le cancer des enfants pour mieux le soigner

Selon une étude scientifique (Gazendam-Donofrio et al., 2007), il serait préférable d’informer l’enfant sur sa maladie et de l’associer aux événements. En effet, les enfants ressentent que la situation familiale change après un diagnostic de cancer, même si rien n’est dit.

Les enfants qui sont informés sur la maladie seraient moins angoissés. Cette information ne devrait pas se limiter aux enfants. Il est par exemple conseillé de mettre les proches, les enseignants, les amis, les frères et sœurs également au courant.

Partagez sur les réseaux sociaux

Parce que bien manger est un challenge pour vous comme pour nous.

Découvrez notre challenge

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».