Bras dessus Bras dessous allège la solitude des aînés

15 décembre 2021 / Prevention

L’association Bras dessus Bras dessous met en contact des voisins jeunes et moins jeunes pour retisser des liens entre générations. Une initiative solidaire pour un meilleur vivre ensemble. Rencontre avec la directrice, Céline Rémy.

Association Bras dessus Bras dessous soutient les aidants proches: un senior cuisine avec un homme plus jeune.

Créée en 2015, l’association Bras dessus Bras dessous est une initiative citoyenne qui permet des rencontres intergénérationnelles et interculturelles à Bruxelles et en Wallonie. Un projet qui prend tout son sens lorsqu’on sait qu’une personne sur 4 de plus de 65 ans souffre de solitude* et qu’en cette période de fin d’année les personnes seules peuvent se sentir encore plus isolées. 

Céline Rémy, directrice de Bras dessus Bras dessous, nous explique comment fonctionne son asbl.

Comment est venue l’idée de créer Bras dessus Bras dessous ?

J’habite la commune de Forest à Bruxelles. Je me suis rendu compte que la dynamique de voisinage qui était mise en place n’attirait pas les personnes plus âgées et que celles-ci étaient fort isolées. Quand un aîné veut vieillir à domicile, il peut faire appel à des professionnels du secteur médical et paramédical pour l’aider à se soigner. Mais il manque souvent de contacts sociaux indispensables à son bien-être moral.

Quel est le but social de votre association ?

Bras dessus Bras dessous a pour objectif de répondre au sentiment de solitude exprimé par les personnes âgées qui veulent continuer à vivre chez elles. J’insiste sur le mot « exprimé », car il est important que l’aîné auquel on s’adresse ait envie de sortir de sa solitude et de tisser des liens avec son voisinage. Et non pas que ce soit une initiative de son entourage qui pense ‘que cela lui fera du bien’. 

Comment se mettent en place les rencontres entre voisins ?

Les personnes intéressées par notre association peuvent nous contacter directement. Les voisins du quartier qui ont du temps à consacrer à des aînés isolés sont appelés les ‘voisineurs’. Tandis que les personnes en demande de contact sont les ‘voisinés’. On organise tout d’abord une rencontre individuelle pour connaître les motivations, les envies et les disponibilités de chacun. Ensuite, on crée des duos intergénérationnels (ou parfois des trios pour créer une nouvelle dynamique ou si l’aîné est trop fragile et qu’il a besoin de plus d’attention) en fonction des atomes crochus. Puis, si cela fonctionne bien entre eux, on les laisse s’organiser pour qu’ils se revoient. 

Faut-il répondre à certains critères pour devenir ‘voisineur’ ?

Il n’y a pas vraiment de critères de sélection, mais il est préférable d’habiter le quartier du ‘voisiné’. Il faut juste être motivé, aimer les contacts sociaux et surtout avoir du temps libre. Mais chacun dispose de son temps comme il l’entend, que ce soit une heure par semaine ou une heure par mois. Les profils sont très divers : personne sans emploi, travailleurs à temps plein avec 3 enfants, jeunes pensionnés, expatriés… La moyenne d’âge est de 35 ans.

Quels types d’activités sont organisées entre ‘voisinés’ et ‘voisineurs’ ?

Certains jouent au scrabble, d’autres organisent un dîner, vont au cinéma, regardent des documentaires, se baladent, font de la musique ensemble ou discutent tout simplement. La fréquence des contacts est libre pour chacun. C’est très flexible pour que chacun puisse participer en fonction de ses disponibilités. Des rencontres peuvent aussi être organisées avec des couples qui se sentent isolés.

Vous n’avez donc pas le même rôle qu’une aide familiale ou ménagère ?

Non, nous ne remplaçons pas une aide professionnelle. Les ‘voisineurs’ ne vont pas faire le ménage, bricoler, jardiner, ou aller faire des courses.  Notre association joue uniquement un rôle social. Mais ce rôle peut aussi être complémentaire à celui des aides plus formelles. Si l’aîné a des besoins spécifiques, le ‘voisineur’ peut en faire part à notre équipe qui va alors le diriger vers un professionnel ou l’un de nos partenaires. Par exemple, un médecin, une assistante sociale, une aide familiale ou ménagère, un service de nettoyage des vitres, une aide administrative, un cours de gym, un club senior, un transporteur médical

Des activités collectives sont également planifiées durant toute l’année ?

Oui, nous organisons des moments collectifs une fois par semaine ou une fois par mois à la demande des ‘voisineurs’ et des ‘voisinés’ qui ont envie de rencontrer d’autres duos de leur quartier. Et à Noël et au printemps, un grand goûter ou un repas est également proposé. Mais, de nouveau l’idée n’est pas de se substituer aux lieux d’accueils de jour qui existent déjà. S’il y a une demande dans ce sens, nous les dirigeons vers un centre existant.

Vous menez aussi des actions de sensibilisation à l’isolement des aînés ?

Nous voulons sensibiliser les quartiers où nous sommes implantés à l’isolement des aînés mais aussi aux stéréotypes liés à l’âge. Deux actions importantes sont organisées chaque année. Lors de la Journée internationale des personnes âgées du 1er octobre, nous distribuons des fleurs aux passants pour qu’ils les offrent aux personnes âgées. La fleur est accompagnée de nos coordonnées pour pouvoir nous contacter si la personne se sent seule. Et, en été, nous nous installons dans un quartier avec une caravane, des parasols, des tables et des chaises multicolores pour faire connaître notre association, attirer le voisinage, et faire se rencontrer les différents représentants du quartier.

Vous êtes également à la recherche de bénévoles ?

Je lance un appel aux volontaires, car nous sommes en manque de bénévoles dans certaines communes où le nombre d’aînés en demande de contacts sociaux a augmenté. Il s’agit notamment des communes d’Anderlecht, de Nivelles, d’Ottignies Louvain-la-Neuve et de Rixensart. Nous cherchons des ‘voisineurs’ mais aussi des coordinateurs de quartiers qui peuvent davantage s’investir dans nos différents projets en nous consacrant environ un jour par semaine.

Infos pratiques

L’association Bras dessus Bras dessus est active à Bruxelles (Forest, Uccle, Anderlecht), Ottignies-Louvain-la-Neuve, Nivelles, Walhain, Rixensart. En 2022, une antenne va également s’ouvrir dans la région de Mons Borinage avec la collaboration de Partenamut, de son service social et familial et du Centre de Coordination Vivre à Domicile Hainaut.

Si vous avez envie de devenir ‘voisineur’ mais que vous habitez une commune de Bruxelles dans laquelle Bras dessus Bras dessus n’a pas de réseau de quartier, vous pouvez prendre contact avec l’association Het Buurtpensioen qui est active dans les communes bruxelloises non couvertes par Bras dessus Bras dessous.

Bras dessus Bras dessous : 0486 76 62 89  / info@brasdessusbrasdessous.be / https://www.brasdessusbrasdessous.be/

Bon à savoir

Vous aidez régulièrement une personne de votre entourage en perte d’autonomie due à son âge, une maladie ou un handicap ? Savez-vous que vous avez droit à un statut et à des avantages spécifiques ? Découvrez toutes les infos concernant les aidants proches

*Étude réalisée par la Fondation Roi Baudouin
 

Téléchargez l'appli Partenamut
et ayez toujours votre dossier mutuelle en poche

Découvrez l'appli Partenamut

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».