Se soigner autrement grâce aux médecines alternatives

11 février 2018 / Prevention et soins - Maladies graves et chroniques

Homéopathie, chiropraxie, acupuncture… on les appelle médecines et thérapies alternatives, douces ou encore non conventionnelles.

Définition des médecines alternatives

Plus d’un Belge sur trois a consulté un acupuncteur, un chiropracteur, un homéopathe ou un ostéopathe au moins une fois dans sa vie. C’est ce qui ressort de l’état des lieux des médecines douces et alternatives effectué par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) en 2012. Mais que sont ces thérapies et sont-elles efficaces dans le traitement de maladies, qu’elles soient communes ou graves ? 

Qu’est-ce que la médecine alternative ?

Thérapie naturelle, médecine parallèle, traitement non conventionnel… difficile de mettre un seul mot sur toutes ces techniques. Encore plus compliqué de toutes les lister tant elles sont nombreuses et diverses. Mais comment les définir ? Par opposition aux soins classiques, ces thérapies sont surtout naturelles car elles utilisent des méthodes qui n’incluent aucun médicament issu de molécules chimiques. Certaines sont manuelles comme la chiropraxie ou l’ostéopathie, d’autres sont plus cérébrales ou mentales comme l’hypnose. Un point les rassemble : toutes les thérapies douces ont une approche holistique, car la personne est vue comme un tout alors que la médecine agira « localement ».

Les thérapies douces sont-elles efficaces ?

Réelle méthode de guérison pour certains, simple effet placebo pour d’autres, l’efficacité de ces pratiques est souvent remise en question. Mais plutôt que de mettre en opposition méthode classique et alternative, il convient plutôt de les rassembler et de se mettre à la place du patient et de parler de son bien-être plutôt que de l’effet thérapeutique pur. Non, l’homéopathie ne guérira pas de maladies graves comme le cancer mais elle peut servir à soulager les effets d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie  tandis que l’acupuncture peut également aider un patient à combattre son stress. Les médecines non conventionnelles ne sont donc pas la réponse à tout mais elles sont néanmoins complémentaires aux traitements classiques et sont utiles aux patients. 

Trois médecines alternatives utilisées à l’hôpital

Les thérapies douces sont déjà utilisées en milieu hospitalier pour aider les patients. L’acupuncture donc, utilisée contre le stress, mais aussi pour soulager les douleurs lombaires des femmes enceintes ou celles liées aux rhumatismes. La méditation est également pratiquée dans le cadre de la gestion de la fibromyalgie et dans le traitement de la dépression. Autre méthode encore, les cliniques Saint-Luc ont mis en place une technique appelée « Vladi » (Video Lauching Applied During Irradiation). La radiothérapie imposant de rester immobile, la clinique diffuse un dessin animé ou un film directement sur la paroi de l’appareil de traitement pour apaiser le patient. Plus besoin d’anxiolytiques, de sédatifs ou d’anesthésie, le malade est focalisé sur l’écran et est moins sujet au stress pendant ses soins.
 
Partagez sur les réseaux sociaux

Optez pour une protection santé solide avec Medicalia. Affiliez-vous maintenant !

Affiliez-vous

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».