Carie dentaire : causes, symptômes et traitements

Santé / Soins dentaires

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la carie dentaire est la maladie non transmissible la plus fréquente au monde. De nombreux adultes ont déjà été confrontés à ce mal et celui-ci peut parfois nous sembler anodin. Et pourtant… une carie non traitée peut engendrer des complications parfois graves et des traitements coûteux. C’est pourquoi il est important se faire soigner rapidement. Faisons le point sur cette maladie, ses causes, ses traitements et la manière dont la mutualité peut intervenir dans les frais liés aux soins dentaires.

Les points clés de cet article

  • Une carie dentaire ne guérit jamais seule. Mal ou non traitée, elle s’étend de plus en plus profondément dans la dent, jusqu’à en provoquer la perte.
  • Avoir une bonne hygiène dentaire est le meilleur moyen de se préserver des caries.
  • Plus une carie est détectée tôt, moins son traitement sera compliqué et potentiellement onéreux. D’où l’importance de vous rendre au moins une fois par an chez votre dentiste pour une visite de contrôle.
  • Une carie profonde peut mener à un traitement de canal, à la dévitalisation de la dent ou encore à la pose d’une prothèse. Cela peut engendrer des frais non négligeables. Certains d’entre eux peuvent être couverts par une assurance dentaire optionnelle.

C’est quoi une carie dentaire ?

La carie dentaire est une maladie infectieuse qui détruit progressivement les tissus de la dent. Elle est provoquée par les bactéries qui se trouvent dans la plaque dentaire.

Au fil de heures, une fine pellicule qui contient de la salive, des résidus alimentaires et des bactéries s’accumule sur la surface des dents, il s’agit de la plaque dentaire. Les bactéries qu’elle contient transforment les sucres des résidus alimentaires en acides. Ces acides attaquent ensuite les dents en formant des trous dans leur émail.

Une carie ne guérit jamais seule et si elle n’est pas, ou est mal traitée, elle peut atteindre différents stades, envahissant la dent de plus en plus profondément :

  • Stade 1 : la carie forme un trou dans l’émail.
  • Stade 2 : la carie s’étend vers l’intérieur de la dent et atteint la dentine (appelée aussi ivoire, il s’agit du tissu blanchâtre et calcifié qui se trouve sous l’émail et qui recouvre la pulpe dentaire).
  • Stade 3 : la lésion atteint la pulpe de la dent (tissu conjonctif qui se trouve dans la cavité centrale de la dent).
  • Stade 4 : l’infection de la pulpe s’étend et mène à un abcès dentaire.

Symptômes de la carie dentaire

Selon son stade de développement, une carie dentaire peut provoquer de vives douleurs et mener à la perte de la dent. Il est donc important de pouvoir reconnaître à temps les signes annonçant un début de carie dentaire, de sorte à le traiter rapidement et empêcher que l’affection n’atteigne la dentine ou la pulpe. Voici les symptômes généralement observés en fonction des différents stades :

  • Stade 1 : lorsqu’elle n’a atteint que l’émail, la carie est indolore. Cependant, une tache ou une cavité peut déjà être observée sur la dent, ce qui rend la lésion repérable par le dentiste ou parfois même par le ou la patient·e.
  • Stade 2 : si la dentine est atteinte, la dent devient sensible au froid, au chaud ainsi qu’au sucre et à l’acide.
  • Stade 3 : lorsque la carie atteint la pulpe de la dent, cela provoque ce qu’on appelle une pulpite ou plus communément une rage de dent. La pulpe étant un tissu très vascularisé et innervé, son infection provoque une douleur violente, pulsatile et irradiante.
  • Stade 4 : le développement des bactéries dans la pulpe de la dent peut donner lieu à une nécrose et mener à la formation d’un abcès. L’abcès peut provoquer une douleur intense et lancinante, de la fièvre et d’autres symptômes allant jusqu’à la destruction de la dent. Un abcès non ou mal traité peut avoir des conséquences graves, c’est pourquoi il nécessite une consultation d’urgence chez votre dentiste. 

Facteurs de risque de la carie dentaire

La plaque dentaire abrite des bactéries productrices d’acide et une alimentation sucrée favorise leur multiplication. Par ailleurs, certaines formes et positions des dents rendent leur nettoyage plus difficile. La qualité de l'émail et l'acidité buccale influencent également la santé dentaire. Enfin, certains facteurs liés à l'âge augmentent les risques de caries. Pour en savoir plus :

La plaque dentaire

Comme expliqué plus haut, c’est l’action des bactéries présentes dans la plaque dentaire (principalement les streptococcus mutans) qui attaque les tissus des dents. Plus la plaque dentaire reste sur les dents, plus elle risque de les endommager.

L’alimentation

Les bactéries présentes dans la plaque dentaire se nourrissent de sucre pour se multiplier. L’exposition à des aliments et boissons riches en sucres favorise donc leur développement. Par ailleurs, consommer des boissons gazeuses ou certaines boissons énergisantes acidifie le ph à la surface des dents, entrainant leur décalcification et les rendant plus sensibles à l’atteinte carieuse. Un régime alimentaire adéquat est crucial pour la prévention des caries dentaires.

Le relief des dents et leur positionnement

Certaines dents peuvent présenter des fissures ou des sillons suffisamment larges pour que les bactéries s’y installent, mais trop étroits pour être correctement nettoyés. Cela favorise l’apparition de carries dentaires. Des malpositions dentaires entraînant des chevauchements, peut également rendre les dents plus difficiles à brosser.

La qualité des dents et l’environnement oral

Certaines personnes ont un émail plus fin ou souffrent d’un manque de fluor, cela rend leurs dents moins résistances aux attaques acides. Les individus ayant du reflux gastrique ou un environnement oral plus acide sont également davantage sujets à l’apparition de caries dentaires en raison de l'impact de l'acidité sur la surface de la dent. Enfin, un faible débit salivaire, le diabète, le bruxisme ou certains facteurs héréditaires constituent aussi des facteurs de risque.

L’âge

Les personnes âgées qui prennent beaucoup de médicaments produisent moins de salive, ce qui les rend plus susceptibles d'avoir des caries. De plus, les gencives se rétractent souvent avec l'âge, exposant la base des dents et augmentant le risque de caries à cet endroit (caries radiculaires). Enfin, la dextérité manuelle des personnes âgées est souvent réduite, ce qui rend plus difficiles les soins d’hygiène bucco-dentaire. Découvrez nos conseils pour prendre soin de ses dents après 65 ans.

Prévention des caries dentaires

Avoir une hygiène dentaire rigoureuse et une alimentation équilibrée ou encore se rendre régulièrement chez le dentiste font partie des gestes et habitudes qui permettent de préserver la santé de nos dents et prévenir l’apparition de caries. Voici quelques conseils :

Avoir une bonne hygiène bucco-dentaire

Plus la plaque dentaire s’accumule et reste en contact avec les dents, plus les bactéries s’y développent. La règle première pour éviter les caries dentaires est donc d’éliminer la plaque dentaire régulièrement. Il est ainsi recommandé de se brosser les dents au moins deux fois par jour (matin et soir) et d’utiliser quotidiennement le fil dentaire. Pensez aussi à changer de brosse à dents tous les 3 mois pour que votre brossage reste efficace.

Avoir une alimentation saine et équilibrée

Les aliments et boissons sucrés ou acides favorisent l’apparition des caries, il est recommandé d’en consommer le moins possible. Limitez également un maximum les grignotages entre les repas et particulièrement la consommation d’aliments et boissons qui collent aux dents (lait, gâteaux, chips, bonbons, céréales, boissons gazeuses…). La consommation d’aliments riches en calcium, elle, favorise la bonne santé des dents.

Attention aux caries du biberon : 

Laisser un enfant s’endormir les soir avec un biberon contenant du lait ou une autre boisson sucrée est fortement déconseillé. En effet, cela provoque une exposition prolongée aux sucres et donc l’apparition de caries potentiellement sévères des dents de lait. 

Utiliser un dentifrice au fluor

Outre son action mécanique qui permet d’éliminer la plaque dentaire et les résidus alimentaires de la surface des dents, le brossage deux fois par jour avec un dentifrice contenant du fluor (les dentifrices sont souvent enrichis en fluor) permet de renforcer l’émail des dents.

D'après l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), utiliser un dentifrice au fluor est le moyen le plus efficace pour prévenir les caries dentaires. Il est recommandé d'utiliser un dentifrice au fluor dès que la première dent apparaît. Cependant, il est crucial de s'assurer que la quantité de fluor corresponde à l'âge de chacun car un excès de fluor peut être nocif pour la santé et provoquer une fluorose ou, dans de plus rares cas, une intoxication au fluor. C’est notamment pour éviter ce type d’intoxication que les dentifrices pour les enfants sont plus faiblement dosés en fluor.

Se rendre régulièrement chez le dentiste

Les caries et autres problèmes dentaires ne sont pas toujours repérables facilement, c’est pourquoi se rendre régulièrement chez le ou la dentiste est nécessaire afin de s’assurer de garder une bonne santé bucco-dentaire. Vous rendre au moins une fois par an (deux fois par an pour les enfants) chez votre dentiste, permettra de contrôler votre dentition et de réaliser un détartrage si nécessaire.

Réaliser un scellement des sillons dentaires

Comme expliqué ci-dessus, lorsque les dents présentent des sillons difficiles à nettoyer, cela peut favoriser l’apparition de caries. Pour pallier ce problème, les dentistes recommandent parfois le scellement. Il s’agit d’une technique qui consiste à appliquer une fine couche de résine protectrice à l'intérieur des sillons afin d’éviter que les résidus alimentaires et les bactéries ne s’y accumulent. Cette méthode est souvent utilisée chez les jeunes enfants.

Diagnostic des caries dentaires

Une carie naissante peut être totalement indolore, mais elle peut être déjà visible à l’œil nu. Si vous constatez un trou, une tache crayeuse (blanche ou gris noirâtre) ou brune sur l’une de vos dents, il convient de consulter votre dentiste. Il en va de même si vous ressentez une quelconque douleur, car une carie peut aussi se situer à un endroit moins visible, par exemple entre deux dents.

Lors de la visite chez votre dentiste, il ou elle réalisera un examen clinique de vos dents, notamment à l’aide d’une sonde et pourra recourir à l’utilisation de la radiographie.

Quels sont les traitements ?

Les caries dentaires nécessitent des traitements adaptés selon leur profondeur. Les soins diffèrent significativement entre une carie peu profonde, qui peut être traitée assez facilement, et une carie profonde, qui peut nécessiter une dévitalisation pour stopper la douleur et prévenir des complications graves :

Traitement d’une carie peu profonde

Lorsqu’une carie n’est pas très profonde, le ou la dentiste élimine la partie de la dent qui est endommagée et la comble à l’aide d’une matière synthétique (amalgame ou composite). C’est ce que l’on appelle communément un plombage. Ce type de traitement est efficace pour arrêter la progression de la carie et prévenir toute future détérioration de la dent affectée.

Traitement d’une carie profonde

Si la carie a atteint la pulpe, il devient malheureusement plus difficile de conserver la dent vivante. En cas de pulpe infectée, le traitement par dévitalisation de la dent permet de stopper la douleur et éviter les risques de rage de dent. Cette procédure se fait sous anesthésie locale.

La dévitalisation commence par l'élimination du tissu pulpaire infecté. Le ou la dentiste nettoie et désinfecte ensuite minutieusement la zone affectée. La carie ayant contaminé la pulpe, il est crucial d'éliminer toute infection potentielle pour éviter une nécrose des canaux, ce qui provoque la douleur intense caractéristique de la rage de dent. Une fois la dent et ses canaux correctement nettoyés, le ou la dentiste les remplit avec un matériau prévu pour sceller la zone.

Malheureusement, une dent dévitalisée est plus fragile qu’une dent vivante et casse plus facilement. Votre dentiste peut alors vous proposer la pose d’une couronne dentaire. Si la dent a dû être totalement retirée, jusqu’à la racine, la solution de l’implant pourra vous être proposée.

Point d’attention :

Plus les traitements sont réalisés tard, plus la dent risque d’être atteinte profondément et ne pas pouvoir être conservée vivante. Plus les traitements sont conséquents, plus ils risquent aussi d’être chers. D’où l’importance de consulter dès le moindre doute.

Le rôle de l'assurance dentaire 

Se rendre chez sa ou son dentiste régulièrement de manière préventive reste la meilleure façon de se prémunir des caries. D’autant plus que les mutualités interviennent dans les frais liés aux visites de contrôle et examens buccaux. L’assurance santé obligatoire (la couverture santé prévue par l’État et que toutes les mutualités appliquent) prévoit pour les soins préventifs :

  • un remboursement à 100% pour les moins de 19 ans
  • le remboursement de la grande majorité des honoraires pour les personnes âgées de 19 ans et plus qui ne bénéficient pas du statut BIM
  • un remboursement à 100% pour les personnes bénéficiant du statut BIM

Des interventions sont également prévues pour le détartrage. Découvrez-en plus sur ce sujet ainsi que sur l’avantage Partenamut supplémentaire pour les soins préventifs sur notre page « Soins dentaires préventifs ».

Lorsqu’une carie dentaire est apparue, il est nécessaire de réaliser des soins qu’on appelle soins dentaires curatifs. L’assurance santé obligatoire prend en charge certains frais liés à ce type de soins et il existe des conditions de remboursement spécifiques en cas de cancer ou d’accident. Cependant, le montant de l’intervention peut varier d’un type de soin à l’autre et les frais restant à votre charge peuvent être importants.

Pour vous aider à couvrir un maximum les frais liés à vos soins dentaires, de nombreuses mutualités ont mis au point des assurances dentaires optionnelles. Chez Partenamut, nous vous proposons l’assurance dentaire Dentalia Up. Celle-ci intervient dans les frais restant à votre charge après l’intervention de l’assurance obligatoire et prévoit :

  • des remboursements des soins préventifs à 100% et des remboursements des soins curatifs à 80% dans la limite du plafond annuel pouvant aller jusqu’à 1.250 (suppléments d’honoraires limités à 200% pour les dentistes non conventionnés)
  • des remboursements pour les prothèses et implants allant jusqu’à 1.400 €/2 ans dès la 4ème année et jusqu’à 2.200 €/2 ans à partir de la 10ème année
  • une intervention pouvant aller jusqu’à 4.000 €, sans stage d'attente, en cas de cancer diagnostiqué avant l'affiliation ou en cas d’accident (sur base d'acceptation du plan de traitement par notre conseiller·ère médical·e).

Bon à savoir :

L’assurance Dentalia Up ne nécessite pas de questionnaire médical, est gratuite pour les enfants de 0 à 3 ans et propose une couverture en Belgique et pays limitrophes. 

Découvrir Dentalia Up