À la découverte de la maladie de Parkinson

25 mai 2018 / Prevention et soins - Maladies graves et chroniques , Prevention

La maladie de Parkinson frappe de plus en plus de personnes, surtout après 59 ans. Pourtant, elle reste mal comprise ou méconnue. Nous vous l’expliquons en détail pour mieux la détecter, l’éviter ou la traiter.

Maladie parkinson

Déjà 45 000 Belges touchés par la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est l’affection neurodégénérative la plus répandue dans le monde après la maladie d’Alzheimer. Elle touche près de 10 millions de personnes dans le monde, dont près de 45 000 en Belgique, d’après les estimations.

Ce chiffre est amené à doubler d’ici à 2040, et pourtant la maladie reste encore mal connue, souvent simplement réduite à ses symptômes observables, tels qu’un tremblement incontrôlable des mains. Elle suscite d’ailleurs de nombreuses questions, tant elle est encore incomprise.

Symptômes et causes de la maladie

À l’heure actuelle, les causes exactes de la maladie restent encore inconnues. Toutefois, trois causes principales ont déjà été établies avec certitude :

  • L’âge du patient. Étant dégénérative, les chances de contracter la maladie de Parkinson augmentent énormément après 59 ans.
  • L’usage des pesticides agricoles semble renforcer très sensiblement l’apparition de la maladie.
  • Dans une très petite mesure (seuls 5% des cas), la maladie de Parkinson peut être génétique. La probabilité reste cependant extrêmement faible, à un point tel que l’affection n’est pas considérée comme héréditaire.

Contrairement à l’idée reçue, la maladie de Parkinson ne se limite pas aux tremblements compulsifs. Le symptôme le plus fréquent est la lenteur de mouvement.

La maladie cause une perte de dopamine qui engourdit les membres et entraîne, sans prévenir, des crampes ou des pertes totales de force dans les bras ou les jambes. Ce qui explique les nombreuses chutes ou objets lâchés apparemment « sans raison » chez les malades.

Traitement et état de la recherche

À l’heure actuelle, aucun traitement ne peut prévenir ou guérir véritablement la maladie. Les médecins ne parviennent pour l’instant qu’à enrayer son développement ou retarder sensiblement l’apparition des stades plus graves de la maladie de Parkinson.

Le traitement est donc permanent dès l’apparition des premiers symptômes de la maladie, et peut s’accompagner d’hospitalisation fréquente pour les cas les plus graves.

Les chercheurs sont cependant extrêmement optimistes grâce à la découverte d’une protéine, l’alpha-synucléine, qui semble responsable de la plupart des maladies neurodégénératives, Alzheimer et Parkinson en tête.

Le sport, meilleur traitement actuel contre la maladie de Parkinson

Tous les médecins s’accordent sur un point : le meilleur moyen d’enrayer l’apparition et le développement de la maladie de Parkinson reste l’activité physique. Le sport a un effet préventif sur les personnes non atteintes, et complète remarquablement le traitement médicamenteux des malades.

C’est donc à la fois pour récolter des fonds et pour souligner l’importance de l’activité physique que Partenamut alignera 350 coureurs lors des 20 km de Bruxelles cette année.

Partagez sur les réseaux sociaux

A la recherche de matériel (para)médical ? 
Shopavita.be vous offre une large gamme de produits !

Je fais mon shopping

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».