Maladie cœliaque - quand le gluten empoisonne le corps

9 avril 2019

La maladie cœliaque, souvent appelée à tort « Intolérance au gluten », et contrairement aux idées reçues, n’est pas une allergie, mais une une maladie auto-immune à prendre au sérieux. Celle-ci nécessite un régime alimentaire strict excluant toute forme de gluten. Nous faisons le point avec une experte.

famille mange du pain sans gluten

Il nous arrive à tous de nous sentir ballonnés après une assiette de pâtes ou de connaître un épisode de diarrhée après avoir mangé des pâtisseries. Mais des douleurs abdominales sévères à répétition doivent être prises au sérieux, car il peut s’agir de la maladie cœliaque, ayant potentiellement de graves conséquences sur la santé. Laura Fanelli, diététicienne-nutritionniste au centre paramédical Dietconsult nous explique de quoi il s’agit.

Qu’est-ce que la maladie cœliaque ?

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune chronique. C’est une affection sérieuse, malgré le fait qu’on pense souvent que cela se guérit ou finit par disparaître avec le temps, ce qui n’est pas le cas du tout. En Belgique, on estime à 50.000 le nombre de personnes atteintes de maladie cœliaque, mais seuls 10% en sont conscients. Les autres 90% ne se sont jamais faits tester et ignorent être porteurs de la maladie cœliaque car les symptômes sont vagues.

“Pour les patients atteints de maladie cœliaque, le gluten est dangereux”, dit Laura Fanelli. “Un régime normal avec du pain, des biscuits ou des pâtes contient du gluten et est toxique pour eux: ils en sont vraiment malades. C’est donc important de prendre les symptômes au sérieux !”.

Le gluten endommage l'intestin grêle

Chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque, l’intérieur de l’intestin grêle est endommagé à cause du gluten. Lorsque les protéines du gluten arrivent dans l'intestin, il y a une réaction inflammatoire qui entraîne une lésion des cellules intestinales avec une atrophie des villosités intestinales. Cela provoque des douleurs abdominales et à long terme, la paroi intestinale est tellement endommagée que les nutriments ne sont plus absorbés. "C’est la raison pour laquelle les enfants atteints de la maladie cœliaque ne grandissent plus et qu’il y a perte de poids.", explique Laura Fanelli. "Des carences en fer, par exemple, en calcium et en vitamines de toutes sortes se présentent. Cela peut entraîner, entre autres, une anémie ou une décalcification des os. Et parce que les graisses et les sucres ne sont pas absorbés correctement, les personnes souffrant de la maladie cœliaque ne reçoivent pas assez d’énergie."

Reconnaître les symptômes de l’intolérance au gluten

Comment reconnaître la maladie cœliaque ?

À quoi reconnaît-on la maladie cœliaque ?

Ces symptômes surviennent après avoir consommé des aliments contenant du gluten.

  • diarrhée
  • vomissements
  • douleurs
  • abdominales
  • ballonnements
  • constipation
  • perte de poids

Ces symptômes se manifestent à long terme.

  • anémie
  • retard de croissance
  • ostéoporose
  • fatigue chronique
  • carence en vitamines
  • trouble du foie
  • retard de puberté
  • certaines formes d’épilepsie
  • aphtes (petits ulcères sur la muqueuse buccale)
  • anomalies dentaires
  • maladie chronique de la peau avec démangeaisons (dermatite herpétiforme)

Prise de sang et biopsie pour poser le diagnostic

Mais qui ne souffre jamais de douleurs abdominales ou de diarrhée ? Pour diagnostiquer la maladie cœliaque, des tests doivent être effectués. Laura Fanelli: "La première étape est un test sanguin. On y recherche les anticorps cœliaques spécifiques que sont les anti-transglutaminase tissulaires et les anti-gliadine. Ensuite, une biopsie de la muqueuse intestinale pourra révéler l'atrophie des villosités et la présence de lymphocytes et ainsi confirmer la présence de la maladie cœliaque."

Des prédispositions génétiques

Il existe une prédisposition à la maladie cœliaque, qui est en partie héréditaire. "Presque tous les patients cœliaques (95%) ont une anomalie génétique spécifique sur le chromosome 6", a déclaré Laura Fanelli. "Mais cela ne suffit pas pour attraper la maladie, car tous les porteurs de cette variante du gène ne contractent pas la maladie cœliaque.” La maladie cœliaque apparaît deux à trois fois plus souvent chez les femmes que chez les hommes et les personnes qui ont déjà une autre maladie auto-immune, telle que le diabète de type 1, ont également un risque accru.

Que faire quand on a la maladie cœliaque ?

Pas de traitement existant

"Il n'y a pas de médicament pour ça!", souligne Laura Fanelli. "Les personnes atteintes de la maladie cœliaque doivent suivre un régime strict et ainsi éviter complètement le gluten à vie. Au début de ce régime, ils évitent également le lactose, mais après six mois, ils sont autorisés à reprendre petit à petit des aliments contenant du lactose, toujours en fonction de la tolérance de chacun. "Le gluten se trouve dans les produits fabriqués à partir de certaines céréales, telles que le blé, l'épeautre, le kamut, le seigle, l'orge ... Donc dans le pain, les biscottes, les biscuits secs, les gâteaux, les céréales, les pâtes …” La farine, les liants et la chapelure sont généralement faits aussi de céréales contenant du gluten et ajoutent à la liste des aliments interdits les soupes, les sauces, les charcuteries, etc.

Suivre un régime strict

Laura Fanelli: "C’est un régime très sévère, car le gluten ne se trouve pas toujours écrit tel quel dans la liste des ingrédients composant un aliment. Les personnes qui souffrent de la maladie cœliaque doivent toujours lire attentivement l’étiquetage des produits alimentaires. Heureusement, il existe des aliments qui ne contiennent pas de gluten comme le maïs, le quinoa, les pommes de terre, les légumes, les fruits, les produits laitiers sans céréales, etc. Un régime sans gluten est en effet très radical pour une famille: tous les aliments doivent être préparés séparément. "Une petite quantité de gluten peut causer des problèmes, même une miette de pain ou de la chapelure parasite. Un repas sans gluten peut également être contaminé par des casseroles, des couverts, du gras de friture ou des planches à découper. "

Quelques fausses idées sur la maladie cœliaque

L'intolérance au gluten se soigne : FAUX !

La maladie cœliaque ne se soigne pas ! Si on vous a diagnostiqué la maladie, vous devez suivre un régime alimentaire strict sans gluten à vie. Les personnes qui prétendent être guéries de la maladie peuvent avoir souffert de symptômes similaires, comme en cas d’infection intestinale grave, mais il ne s’agissait pas de la maladie cœliaque.

La maladie cœliaque est une allergie : FAUX !

La maladie cœliaque n'est pas une allergie, mais une maladie auto-immune. Les anticorps présents dans le sang en cas d’allergie sont différents de ceux de cette maladie. Une allergie alimentaire, comme une allergie au lait de vache, peut disparaître avec le temps. Mais la maladie cœliaque perdure toute la vie. Le terme d’allergie au gluten est certes largement utilisé, mais totalement inexact.

Une délicieuse recette sans gluten, proposée par Dietconsult

Parmentier revisité au saumon et épinards

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 400 g de saumon frais (ou surgelé)
  • 800 g de pommes de terre à chair farineuse
  • 4 càs d'aneth ciselé
  • 50 g d'emmental râpé
  • Noix de muscade
  • 2 échalotes ciselées
  • 1 petit verre de vin blanc sec (10 cl)
  • 600 g d’épinards frais
  • 2 càs d’huile d’olive
  • 50 cl de lait demi-écrémé
  • 75 ml de crème fraîche 20% MG
  • 1 càs de fécule de maïs (maïzena)
  • 1/2 càc de coriandre moulue
  • 2 gousses d’ail
  • Poivre, sel, piment d’Espelette

Préparation :

  • Emincer le saumon en tranches de 2 cm d’épaisseur ;
  • Les placer dans un plat, arroser de vin blanc, de la moitié de l’aneth ciselée, des échalotes hachées, de l’ail haché, terminer par assaisonner de poivre et sel. Filmer et réserver au frigo ;
  • Laver les épinards et les faire tomber dans un wok avec 1 càs d’huile d’olive. Saler, poivrer et ajouter une pincée de noix de muscade. Égoutter si nécessaire et réserver ;
  • Eplucher les pommes de terre et les couper en tranches de 3 mm au couteau ou à la mandoline ;
  • Dans une poêle, verser le lait et la crème, ajouter les tranches de pommes de terre et porter à ébullition. Laisser cuire 5 à 10 minutes. Assaisonner de coriandre et ajouter l’autre moitié de l’aneth ciselée. Réserver les pommes de terre et conserver le lait ;
  • Préparer la sauce Mornay (béchamel au fromage) : mesurer la quantité de lait réservé issu de la cuisson des pommes de terre, compléter pour obtenir 600 ml, faire chauffer 400 ml et délayer à froid les 200 ml restant avec la fécule de maïs. Une fois le lait juste à ébullition, couper le feu et ajouter le mélange lait froid et fécule de maïs. Laisser cuire et épaissir la sauce, rectifier l’assaisonnement et ajouter la moitié du fromage râpé ;
  • Monter le gratin : placer les morceaux de poisson au fond du plat, ajouter une couche d’épinards, les tranches de pommes de terre précuites, terminer par la sauce et laisser gratiner dans un four préchauffé à 180°C pendant 20 à 25 minutes ;
  • Bon appétit !
Partagez sur les réseaux sociaux

Avec Partenamut Vitalité,
prenez votre santé en main !

Découvrez l'app Vitalité

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».