Les Mutualités Libres à la recherche de solutions pour réduire le taux d’invalidité

24 octobre 2019 / Prevention et soins - Maladies graves et chroniques

Les malades de longue durée, dont l’incapacité de travail se prolonge au-delà d’un an, ont augmenté de plus de 50% en 10 ans. Ils sont près de 400.000 Belges à ne plus travailler pour raisons médicales. Lombalgie, cancer, rhumatismes, dépression et burn-out sont les principales origines du problème.   

 

Réduire invalidité travail

Et ce problème majeur, tant pour le malade, que pour son employeur et pour la société en général, les Mutualités Libres ont la volonté de le prendre à bras-le-corps. Elles ambitionnent de réduire le taux d'invalidité de 20 % d'ici 2025.

Comment atteindre cet objectif ambitieux ? 

Afin de débattre des solutions possibles, les Mutualités Libres ont réuni tous les acteurs concernés à l'occasion de leur symposium sur l’incapacité de travail et la réinsertion professionnelle qui a eu le 17 octobre dernier. 
Employeurs, patients, FEDRIS, médecins du travail, médecins généralistes, cabinet de la Ministre De Block,... seront présents pour réfléchir à cette question fondamentale : "Reprendre le travail : quels facteurs de succès ?". 

Organiser la collaboration entre les acteurs concernés

Pour faciliter le retour au travail des malades de longue durée, une collaboration efficace et un meilleur dialogue sont nécessaires entre toutes les parties. 
Par exemple, entre le médecin traitant, le médecin conseil de la mutuelle et le médecin du travail. Un outil de communication adapté permettrait un meilleur échange des informations autour du patient. 
Responsabiliser les employeurs quant au bien-être au travail et la réintégration professionnelle, via des incitants financiers notamment, c’est aussi une façon de les inciter à jouer un rôle actif dans le retour au travail

Miser sur les capacités restantes du malade  

D’autre part, les Mutualités Libres considèrent qu’il est temps de mettre fin au préjugé selon lequel une personne en invalidité n’est plus du tout capable de travailler et de se focaliser sur les capacités restantes sur lesquelles le malade peut capitaliser pour réussir sa réintégration professionnelle. C’est pourquoi il faut revoir les concepts “d’incapacité” et “d’invalidité”. 

Plus d’infos ?

Rendez-vous sur le site web de www.mloz.be ou sur leur page Twitter des Mutualités Libres
Partagez sur les réseaux sociaux

Avec Partenamut Vitalité,
prenez votre santé en main !

Découvrez l'app Vitalité

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».