Soins de santé : reprenez les bonnes habitudes !

31 août 2020 / Cancer , Prevention , Vaccins

La crainte de la contamination au coronavirus a incité de nombreuses personnes à reporter des examens médicaux ou à négliger la continuité de leurs soins. Un risque inutile d’autant que depuis que les cabinets des médecins sont à nouveau accessibles, une prise en charge sécurisée des patients est garantie.

Les bons gestes pour la prévention santé

Mieux vaut prévenir que guérir… en (ré)adoptant les bons réflexes de la prévention, notre santé est préservée et notre espérance de vie augmente alors que le risque de maladies lourdes et chroniques diminue. Et nous sommes doublement gagnants : notre quotidien est plus confortable et nous limitons nos dépenses en soins de santé.

Quelles sont les bonnes habitudes à (re)prendre ?

Rattrapez les visites de contrôle en retard

Votre rendez-vous ou examen avait été annulé ou reporté ? Par exemple, un bilan annuel avec le cardiologue, l’ophtalmologue, le dermatologue ou le dentiste ? Les généralistes et les spécialistes vous reçoivent dans le respect des gestes barrière et règles d’hygiène. N’oubliez pas de planifier un nouveau rendez-vous. Les contrôles préventifs sont essentiels pour préserver votre santé. 

Planifiez les examens de dépistage

Une mammographie, un colotest, un frottis de dépistage du cancer du col de l’utérus..., les examens de dépistage jouent un rôle primordial dans la prévention contre le cancer. C’est notamment le cas pour le cancer du col de l’utérus. Le test de dépistage qui s’effectue sous la forme d’un frottis est recommandé tous les 3 ans aux femmes entre 25 et 64 ans. Le dépistage est aussi fortement conseillé pour d’autres cancers parmi les plus fréquents, comme ceux du sein (mammographie tous les 2 ans pour les femmes entre 50 et 69 ans) et du côlon (prélèvement des selles tous les 2 ans entre 50 et 74 ans). 

Continuez à vous faire vacciner 

En apprenant à votre organisme à produire les bons anticorps, le vaccin est un formidable outil de prévention qui vous protège, ainsi que la société, de maladies potentiellement graves. Une baisse du taux de vaccination de la population peut donc avoir des conséquences pour tous en augmentant le risque d’épidémie de certaines maladies contagieuses. Il est donc très important que votre enfant reçoive tous les vaccins prévus dans le calendrier vaccinal de la Fédération Wallonie-Bruxelles, même en période de coronavirus. La vaccination via les consultations ONE est toujours maintenue. Et votre enfant peut également se faire vacciner chez le pédiatre ou le généraliste. 
Plus d’infos sur www.vaccination-info.be   

Vaccination : le vrai du faux

Entre interrogations, doutes, craintes et rumeurs, il est parfois difficile de se faire une idée claire et objective sur la vaccination. Voici un récapitulatif des questions que vous pouvez vous poser et les réponses données par le site d’infos de la vaccination en Belgique

  • Les vaccins affaiblissent le système immunitaire
    Faux. Au contraire, les vaccins stimulent le système immunitaire. Ils permettent à l’organisme de produire des anticorps sans être malade. Ces anticorps vous protègent lorsque vous contractez réellement la maladie. Les vaccins sont en quelque sorte un entrainement pour le système immunitaire. 
  • Mon enfant n'a pas besoin d'être vacciné
    Faux. Les vaccins protègent contre une exposition future à la maladie. Chaque année, des personnes meurent encore des conséquences d'une maladie pour laquelle il existe pourtant un vaccin, comme par exemple la rougeole. Ne pas faire vacciner votre enfant, c’est en fait lui refuser une protection aisément disponible. Il est également important de vacciner à temps, pour éviter les risques d'attraper une infection et de tomber gravement malade. Par exemple, c‘est à l’âge de huit semaines que les bébés courent le plus grand risque de contracter certaines maladies et complications. Le calendrier de vaccination vous indique à quel âge il est recommandé de faire vacciner votre enfant contre certaines maladies. En Belgique, cependant, seul le vaccin contre la polio est obligatoire pour les enfants.
  • Il n’y a plus vraiment de maladies infectieuses dangereuses
    Faux. De nombreuses maladies infectieuses n'ont pas encore disparu et si la vaccination est moins fréquente, le risque de réapparition de la maladie augmente. Une maladie éradiquée en Belgique peut encore survenir dans d'autres pays et vous pouvez y être exposé lorsque vous voyagez. Une couverture vaccinale élevée est donc nécessaire pour prévenir la propagation d'une maladie au sein de la population. De cette manière, les personnes qui ne peuvent pas être vaccinées, notamment parce qu’elles souffrent d'une maladie chronique, sont quand même protégées. 
  • La vaccination est inutile quand on a plus de 65 ans 
    Faux. Certaines maladies peuvent avoir de graves conséquences pour les personnes âgées. C'est pourquoi il est fortement conseillé à cette tranche d'âge de se faire vacciner contre la grippe, par exemple. Si votre schéma de vaccination n’est pas complet, demandez à votre médecin généraliste si un rattrapage des vaccins peut être envisagé. 
  • Les vaccins entraînent de nombreux effets secondaires
    Il peut parfois y avoir des effets secondaires, mineurs et transitoires. Toutefois, le risque d'effets secondaires graves est minime. Il est plus dangereux de ne pas se faire vacciner. Il n'existe aucune preuve que les vaccins puissent provoquer des maladies graves ou chroniques. En outre, les vaccins sont testés en profondeur et doivent répondre à des exigences de sécurité strictes avant d'être mis sur le marché. 
Consultez les avantages Partenamut sur la vaccination.

Avec Partenamut Vitalité,
prenez votre santé en main !

Découvrez l'app Vitalité

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».