Reconnaître l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) 

17 octobre 2018 / Prevention et soins - Maladies graves et chroniques , Prevention

Le 29 octobre 2018 a lieu la journée mondiale de lutte contre l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC), qui permet de sensibiliser le public aux symptômes de l’accident et aux réflexes à adopter s’il survient.

Qu’est-ce qu’un AVC ? Comment reconnaître les symptômes et que faire ?

En Belgique, une personne fait un AVC toutes les 30 minutes. Il est primordial d’être en mesure d’en reconnaître les symptômes pour pouvoir réagir vite et éviter ainsi de graves séquelles, voire le décès de la victime.

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Un Accident Vasculaire Cérébral est un accident au niveau d’un vaisseau sanguin dans le cerveau. Il peut être obstrué par un caillot ou rompu et causer une hémorragie. La zone cérébrale alimentée par ce vaisseau est alors privée d’oxygène et les cellules de cette région du cerveau meurent. En fonction de la zone touchée, l’AVC peut provoquer de graves séquelles (paralysie partielle ou complète, difficulté à marcher ou parler, troubles de la mémoire…) mais aussi le décès de la victime.

Comment reconnaître un AVC ?

On recense de nombreux symptômes de l’AVC, dont les principaux sont :

  • La parole est confuse ou l’élocution est difficile.
  • La bouche est de travers ou la commissure des lèvres pend vers le bas.
  • Les tremblements ou la paralysie d’une partie du corps ou d’un membre.

D’autres signes qui peuvent alerter sont notamment :

  • Une vue perturbée (vision double ou perte de vue d’un œil).
  • La perte d’équilibre, les vertiges ou la maladresse.
  • L’engourdissement ou la perte de sensibilité ou de force dans le corps ou dans un membre.
 Ces symptômes sont à prendre très au sérieux et il faut agir vite.

L’AVC peut toucher tout le monde !

Contrairement aux idées reçues, il n’y a pas que les seniors qui sont sujets à une attaque cérébrale. Retenez donc que, du plus jeune au plus âgé, tout le monde est concerné !

Quels réflexes avoir en cas d’AVC ?

En cas de doute, faites rapidement faire le test « Bouche-Bras-Parole » à la personne potentiellement victime d’AVC.

  • Demandez-lui de sourire et vérifiez qu’un côté de la bouche ne penche pas d’un côté.

  • Demandez-lui de lever les bras en parallèle vers l’avant et vérifiez que les bras se lèvent de façon symétrique ou qu’un bras ne fasse pas de mouvements incontrôlés.

  • Demandez-lui de prononcer une phrase et vérifiez qu’elle n’a pas de problème à vous comprendre ou à réagir.

Si votre doute se confirme, appelez immédiatement le 112 en précisant qu’il s’agit d’un AVC. Chaque minute compte dans la prise en charge !

Pourquoi chaque minute compte ?

La zone cérébrale touchée doit être réoxygénée le plus rapidement possible car les cellules privées d’oxygène commencent à mourir au bout de quelques minutes seulement et ne se régénèreront pas. Afin d’éviter des séquelles graves, il faut être pris en charge médicalement endéans les trois heures.

Un AVC peut avoir de très lourdes conséquences. Le patient peut en garder un handicap physique parfois très lourd ou perdre la vie. Il est donc vital d’en reconnaître les signes et de savoir que faire : appeler le 112 !

Prévenir l’AVC

Lisez aussi notre article sur comment prévenir l’AVC et sur FibriCheck.

Devenez client dès maintenant en moins de 5 minutes !

Devenez client

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».