Trop de médicaments pour les personnes âgées ?

25 mai 2021 / Medicaments

Environ 4 personnes sur 10 âgées de plus de 75 ans consomment au moins 5 médicaments différents par jour. Or la polymédication peut avoir des répercussions sur la santé. Une meilleure collaboration entre médecins, pharmaciens et patients permettrait d’améliorer l’utilisation des médicaments.

Selon une étude réalisée par les Mutualités Libres auprès de 100 000 membres, 4 personnes sur 10 âgées de 75 ans et plus et vivant à domicile (hors maison de repos) pratiquent la polymédication. On parle de polymédication lorsqu’une personne prend au moins 5 médicaments différents au cours de la même année civile et d’hyperpolymédication si la consommation passe à 10 médicaments ou plus. Or, l’usage simultané de nombreux médicaments peut poser des problèmes notamment lorsque les prescriptions sont faites par des médecins et des pharmaciens différents.

Quels sont les médicaments les plus prescrits ?

La majorité des personnes de plus de 75 ans prennent des médicaments contre les maladies cardiovasculaires (comme des réducteurs de cholestérol ou de tension artérielle). Un quart d’entre elles suit un traitement contre le diabète ou la dépression. Elles souffrent aussi souvent d’une ou de plusieurs maladies chroniques. Et on ne parle ici que des médicaments remboursés par l’Inami. En effet, de nombreuses personnes de cette tranche d’âge consomment aussi des médicaments non remboursés (comme des somnifères ou des anxiolytiques), ce qui peut encore alourdir l’armoire à pharmacie.

Quels problèmes peut entraîner la polymédication ?

L’usage de nombreux médicaments peut avoir des répercussions sur la santé. Tout d’abord car l’effet de certains d’entre eux peut être accentué ou annulé. Ensuite car les personnes âgées sont plus sensibles aux effets nocifs des médicaments, notamment parce que leurs reins fonctionnent moins efficacement. De plus, les Mutualités Libres ont constaté que près de la moitié des 75 ans et plus qui consomment 5 médicaments par jour prend au moins un médicament répondant aux critères de Beers (et est donc répertorié dans une liste de médicaments contre-indiqués pour les personnes de plus de 65 ans).

Une meilleure collaboration entre médecins et pharmaciens

L’étude montre également que plusieurs médecins et pharmaciens peuvent être impliqués dans la prescription et la délivrance des médicaments à un même patient. Environ un tiers des personnes de 75 ans et plus qui pratiquent la polymédication fait appel en moyenne à deux médecins généralistes et à deux pharmaciens. Et pour certains (1 personne sur 5), il est même question de 4 médecins différents. Il est donc essentiel d’avoir une bonne collaboration entre médecins, pharmaciens et patients pour évaluer au mieux chaque situation.

Comment contrer les effets indésirables de la polymédication ?

Une coopération approfondie entre médecins et pharmaciens pour accompagner le patient dans une bonne utilisation des médicaments permet d’améliorer les traitements mais aussi de réduire les coûts en soins de santé. Différents outils peuvent être utilisés pour optimiser cette collaboration. Comme le dossier médical global (DMG) qui permet aux médecins de partager des données concernant l’utilisation des médicaments d’un patient. Les pharmaciens peuvent également échanger des informations entre eux à l’aide du dossier pharmaceutique partagé. Les patients doivent aussi être plus impliqués dans les objectifs et le suivi de leurs traitements en adhérant notamment au DMG et en choisissant un pharmacien de référence. Celui-ci pourra donner des conseils personnalisés et tenir un schéma de tous les médicaments consommés. Cette prestation est intégralement remboursée par la mutualité pour toute personne qui se fait délivrer au moins 5 médicaments auprès du même pharmacien.

Plus d’infos sur la polymédication 
 

Téléchargez l'appli Partenamut
et ayez toujours votre dossier mutuelle en poche

Découvrez l'appli Partenamut

© Partenamut 2022 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».