Le boom de l'e-sport en Belgique

19 juin 2019

Vu la place que prennent les jeux vidéos dans nos vies, il n’est pas étonnant de voir le gaming se professionnaliser. Des millions de fans de par le monde, des tournois de grande envergure, des champions starifiés… l’e-sport se dessine comme la discipline qui fait rêver tous les mordus de la manette. Zoom sur ce business en pleine croissance.

L'e-sport connaît un vrai boom en Belgique

L'e-sport, c'est quoi ?

L’e-sport, e-sports ou le sport électronique, désigne le fait de jouer, seul ou à plusieurs, à un jeu vidéo en ligne ou en réseau, sur console de jeu ou sur ordinateur. À première vue, cela n’a dons pas grand chose à voir avec le sport classique. Et pourtant… Ce phénomène est en pleine évolution. Il comptabiliserait plusieurs centaines de millions de fans et de spectateurs autour du monde. Mais alors, qu’est-ce que cette nouvelle tendance ?

On parle ici d’essor plutôt que de tendance, car la pratique de l’e-sport n’est pas vraiment nouvelle. Elle trouve ses origines à la fin du XXème siècle (fin des années 80, donc). Autant dire que cela équivaut à peu près à l’âge de pierre pour les stars e-sportives, âgées en moyenne de moins de 30 ans !

Avec sa ligue (ESL), ses tournois et ses sponsors, le sport électronique est devenu un vrai business. En Asie, l’e-sport est même reconnu comme sport à part entière et a été intégré au programme des Jeux d’Asie du Sud-Est, une compétition asiatique semblable aux Jeux Olympiques. Même si le Comité international olympique (CIO) reconnaît que certains jeux vidéo compétitifs peuvent être physiques comme le sport traditionnel, d’autres jeux de prédilection sont loin de représenter les valeurs sportives.

En effet, l’e-sport ne concerne pas seulement les jeux de sport, ces derniers étant même moins bien représentés parmi les quelques jeux qui se partagent le gros du gâteau. Dans le top mondial des jeux qui rapportent le plus, on retrouve principalement des jeux de tir à la première personne (FPS - first person shooter) notamment le fameux Counter-Strike : Global Offensive, des jeux multijoueurs alliant stratégie et jeu de rôle (MOBA - multiplayer online battle arena) comme League of Legends ou Dota 2, ou encore des jeux de battle royale, représenté par le populaire Fortnite. Le seul jeu “sportif” à proprement parler présent dans le top 10 est FIFA, le jeu de football d’EA Sports.

Si des qualités d’intense concentration, d’agilité extrême et de réflexes exceptionnels sont absolument requises pour pratiquer l’e-sport au niveau professionnel, ce sont bien là les seules similitudes que l’on retrouve avec le sport physique. Certains jeux, comme FIFA, peuvent aussi faire appel à l’esprit d’équipe et à la stratégie de match en plus du mental d’acier.

Des joueurs millionnaires

Quoiqu’il en soit, l’e-sport est une réalité très lucrative et qui déplace les foules dans le monde entier pour les tournois importants. Dernièrement, le tournoi “The International” a énormément fait parler de lui par ses enjeux financiers sans précédent: pas moins de 25 millions de dollars étaient en jeu lors de cette compétition du jeu Dota 2. L’équipe gagnante se partageait le jackpot de 11 millions, le plus gros prize money (= montant des gains) de l’histoire du gaming.

Parmi les 5 joueurs de l’équipe gagnante, Sébastien Debs, alias “7ckngMad”, est devenu l’e-sportif français le plus fortuné, avec un gain de 1.198.788 €. Irréel, mais pourtant vrai. Même le journal L’Équipe s’y est intéressé !

Avec des sponsors prestigieux tels RedBull, Coca-Cola et American Express et des montants à faire pâlir les stars de cinéma, pas étonnant que de plus en plus de gamers envisagent l’e-sport comme carrière professionnelle.

L'engouement s'empare aussi de la Belgique

Chez nous aussi, l’e-sport se fait petit à petit une place. Des sites spécialisés consacrés entièrement au gaming ont vu le jour - comme Frags, par exemple - et on retrouve de plus en plus de rubriques ‘e-sportives’ même dans les médias nationaux comme la DH. L’opérateur télécom Proximus en a même récemment fait l’un des piliers de sa stratégie en consacrant un site web entier à l’e-sport et en intégrant la chaîne thématique e-sports TV dans son offre ProximusTV.

Mais l’opérateur télécom va plus loin en lançant en 2018 des championnats nationaux pour 3 jeux très en vue. D’une part, les ESL Proximus Championships, organisés en collaboration avec l’Electronic Sports League (ESL), élisent les meilleurs joueurs aux jeux League of Legends et Counter-Strike : Global Offensive. Un tournoi ouvert à tout un chacun qui connaît son apogée lors de grandes finales au Spiroudôme de Charleroi, devant des milliers de fans gamers, et retransmises aussi sur ProximusTV. Les gagnants se partageant un prize money de 20 000 €.

D’autre part, en partenariat avec la Pro League (de football), Proximus a organisé l’année dernière la première Proximus ePro League, la seule compétition officielle de EA Sports FIFA 19 en Belgique disputée sur Playstation 4.

Si l’on en croit les gros titres du site de l’opérateur, l’Excel de Mouscron est Champion de Belgique 2019. On parle ici bien sûr de sport électronique et d’équipe virtuelle. Le champion, quant à lui, est bien réel. C’est Quentin Vande Wattyne, ShadooW de son pseudo, qui est sacré Champion de Belgique 2019 de la Proximus ePro League avec son équipe de l'Excelsior Mouscron. Tout s’explique donc.

Si les gains de nos joueurs donnent un peu moins le vertige, certains, comme Adil “ScreaM” Benrlitom, considéré comme étant le meilleur joueur belge (LINK), parviennent néanmoins à se hisser au plus haut rang du gaming. Adil, 24 ans, totaliserait déjà pas loin de 200.000 € de gains sur ses quelques années de jeu. D’autres joueurs bien de chez nous ont su faire de leur passion un métier. Eefje “Sjokz” Depoortere par exemple, est une brugeoise experte en League of Legends et très célèbre dans le milieu. Elle est devenue présentatrice-commentatrice des tournois de son jeu de prédilection, remportant aussi le prix de “personnalité e-sports de l’année” à Londres l’an dernier.

L’année 2018 a donc été prolifique pour l’e-sports en Belgique. Et de voir de gros acteurs y investir autant, cela promet de n’être que le début d’une longue histoire.

Vous rêvez vous aussi de devenir champion de Belgique ? Les inscriptions sont ouvertes pour la deuxième édition de la Proximus ePro League et chaque fan a l’occasion de tenter sa chance et de jouer pour son club favori. Rendez-vous sur le site Proximus e-sports.

Partagez sur les réseaux sociaux

Avec Partenamut Vitalité,
prenez votre santé en main !

Découvrez l'app Vitalité

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».