L’amniocentèse : un examen médical spécifique

28 août 2017 / Suivi médical

À quoi sert l’amniocentèse ? Comment se déroule cet examen médical ? Quand est-il pratiqué ? Et quels sont les risques ?

Amniocentèse
À côté des examens classiques, l’amniocentèse est réalisée
  • s’il s’agit d’une grossesse à risque. Par exemple si la maman a été infectée par le CMV (cytomégalovirus) ou si le triple test indique un risque de trisomie (l'échographie des 3 mois).
  • s’il y a des antécédents de maladies génétiques graves dans la famille.
  • lorsque le gynécologue soupçonne une anomalie chez le futur bébé (après une échographie, par exemple).
  • pour suivre la grossesse des futures mamans de plus de 35 ans.
  • En effet, le liquide amniotique contient des cellules provenant du bébé, qui peuvent faire l’objet d’analyses génétiques

    Cet examen n’est donc pas réalisé chez toutes les futures mamans, car il présente un risque de provoquer une fausse couche (dans 1 cas sur 200). Il revient donc au médecin de peser les avantages et les risques de cet examen. 

    Comment ça se passe ? 

    L’amniocentèse ne sera pas réalisée avant 15 semaines de grossesse. Elle peut être réalisée tant chez le gynécologue qu’à l'hôpital. Pas besoin d’être à jeun. 

    Elle consiste à prélever 10 à 15 ml de liquide amniotique (dans lequel le bébé baigne) à travers l’abdomen, avec une aiguille et une seringue, sous anesthésie locale et avec l’aide de l’échographie, pour plus de précision et éviter ainsi le bébé. 

    Après la ponction, il faut se reposer pendant 24h et éviter les efforts dans les 48h. Les résultats sont disponibles 2 à 4 semaines après la ponction.
     

Partagez sur les réseaux sociaux

Plus encore sur la période de 1 à 3 mois

Votre famille va bientôt s'agrandir ?
Découvrez tous les avantages de Partenamut pour la naissance de votre enfant ! 

Découvrez les infos

© Partenamut 2016 - La mutualité Partenamut offre les produits d’assurances hospitalisation et dentaire de la SMA « MLOZ Insurance ».